Deux jours après sa libération, Samba David crache du feu sur le régime Ouattara : « Le pouvoir d’Abidjan ne peut pas être digne de confiance »


26/07/2019
Deux jours après sa libération, Samba David crache du feu sur le régime Ouattara : « Le pouvoir d’Abidjan ne peut pas être digne de confiance »
Samba David n'est pas du tout content du pouvoir d'Abidjan

Interpellé le 23 juillet 2019 par les forces de l’ordre, alors qu’il avait été convié à une séance de travail au sein de la Commission électorale indépendante (Cei), selon un communiqué de la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire (CiCi), Samba David a été relâché le mercredi 24 juillet 2019. Deux jours après cette libération, Samba David, en homme averti, a tenu à dire sa part de vérité au pouvoir d’Abidjan.

Dans une interview qu’il a accordée au confrère Le temps dans sa parution de ce vendredi 26 juillet 2019, Samba David, n’est pas allé du dos de la cuillère pour asséner ses vérités au pouvoir d’Abidjan. En effet, Samba David perçoit son arrestation comme un coup monté de toute pièce par le pouvoir d’Abidjan en vue de l’enlever. « Le pouvoir a usé de perfidie, pour nous enlever. Sinon, il n’est pas compréhensible et nous ne comprenons toujours pas, d’ailleurs pourquoi nous avons été enlevés. Dans un Etat qui se dit de droit et qui se comporte de cette manière. Nous avons de façon volontaire, suspendu la manifestation devant la Cei. Et auparavant, c’est-à-dire depuis le 04 juillet 2019, nous avons adressé un courrier d’audience à M. le président de la Cei, en vue d’avoir des échanges sur un certain nombre de préoccupations qui sont les nôtres. Cette audience nous a été accordée le 23 juillet 2019, après la suspension de notre sit-in. Nous avons aussi avisé le Secrétaire aux droits de l’Homme de notre invitation obtenue de la Cei. C’est au moment où nous répondons à cette audience qu’on nous arrête. Et pourtant, nous avions dûment reçu un le mail et le sms d’invitation de la Cei. Malheureusement, vous constatez avec nous, un tel comportement de personnalités qui se disent responsables. Comment peut-on alors établir la confiance entre les acteurs de la société civile et un pouvoir qui parle de dialogue mais oppose le fer et la brutalité à tous ceux qui ne veulent que discuter de l’avenir du pays. C’est vraiment dommage.», a fait savoir Samba David qui se dit toujours être sous le choc après cet incident.

« Le pouvoir Ouattara ne peut pas être digne de confiance. Et cela n’honore pas notre pays. Nous les invitons à s’ouvrir au dialogue, pour le bien être de la Côte d’Ivoire. C’est un conseil. Nous pensons qu’il est de l’intérêt du pouvoir d’écouter les voix de toutes les oppositions. La Côte d’Ivoire n’est pas une chasse gardée où celui qui est au pouvoir peut en faire ce qu’il veut contre la volonté du peuple.», a martelé le leader de Coalition nationale pour le changement.

Faut-il, le rappeler, Samba David avait été condamné en 2015 à six mois de prison ferme pour avoir appelé à des marches de protestation contre la candidature d’Alassane Ouattara à la présidentielle. Il avait été libéré au bout de trois ans d’emprisonnement.

Maxime KOUADIO                     

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome