Traque organisée contre Soro, l’un de ses conseillers prévient : « Le jour où Soro videra son ventre, des gens vont se chercher dans ce pays. »


30/10/2019
Traque organisée contre Soro, l’un de ses conseillers prévient : « Le jour où Soro videra son ventre, des gens vont se chercher dans ce pays. »
Mamadou Traoré demeure persuadé que Guillaume Soro, détient des secrets compromettants contre le pouvoir d'Abidjan

Traqué par le pouvoir d’Abidjan depuis son départ du perchoir de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro pourrait dans les jours qui viennent faire connaître à la face du monde les véritables instigateurs de la rébellion de 2002 et des tueries de Duékoué en 2011. C’est ce qui ressort d’une analyse de l’un de ses conseillers, Mamadou Traoré, ex-directeur général de l’Institut national de la formation sociale (Infs). Dans cette analyse, Mamadou Traoré compare son mentor Guillaume Soro au Calao qui sait prendre des coups, car ayant un dos très large mais ne divulgue pas les informations compromettantes pouvant nuire au bien-être de ses détracteurs. Mamadou Traoré demeure en effet persuadé que le jour où son mentor sera à bout des accusations et décidera de parler, le monde s’effondrera sur certains proches du président Alassane Ouattara. Ci-dessous l’intégralité de son message rendu publique ce mercredi 30 octobre 2019 sur les réseaux sociaux :

Guillaume Soro, le Calao 3

Je l'ai dit dans mes précédents posts. Le calao senoufo a un dos large et un ventre gros. J'ai donné également la signification de ces différentes formes du calao. Aujourd'hui je parlerai de la signification de son bec dans la cosmogonie senoufo. Le bec de ce calao est ce bec qui doit éviter de divulguer les secrets et connaissances ésotériques qui sont dans le profond ventre du senoufo.

Dans la formation qu'il reçoit au bois sacré dans le cadre du poro, on apprend au senoufo d'être taciturne, de parler peu et juste. Le senoufo de nature est moins bavard. Cela est l'éducation qu'il reçoit car pour le senoufo, la parole est une arme de destruction massive qu'il faut utiliser le moins possible. Bref, à travers le bec du calao, on apprend au senoufo l'art de la conservation du secret. Et il ne doit dévoiler ce secret que lorsque cela est nécessaire.

Il en est ainsi de Guillaume Soro. C'est un monsieur, comme je le disais plus haut, qui a une pile de secrets de la vie politique ivoirienne. Il connaît presque tous les hommes politiques de ce pays.
Il connaît également beaucoup de leurs secrets. Mais il se garde, comme le calao, de les partager au premier venu. Pour exemple, nous les collaborateurs de Guillaume Soro n'avons su qu'il était le seul témoin entre Bedié et Ouattara quand ce dernier a promis à Bedié de lui faire la passe s'il l'accompagnait pour son deuxième mandat.

Je parie que Guillaume Soro riait de moi quand je m'évertuais à défendre bec et ongles l'idée selon laquelle Ouattara n'aurait jamais fait une telle promesse à Bedié. J'ai arrêté de défendre mes convictions lorsqu'un jour, quelqu'un très proche de lui m'a dit de ne plus défendre Ouattara sur ce sujet car il y a du pipo dans l'affaire. Sans plus. C'est lorsque nous sommes allés l'accompagner à Daoukro en Janvier 2019 que ce jour-là, en présence de Bedié et de Guikahué, il a révélé que c'était lui le fameux témoin de la promesse de Ouattara faite à Bedié.

Guillaume Soro a un ventre très profond. Que les gens évitent de l'amener à dévoiler le contenu de ce ventre. Contenu dont sa petite bouche ne pourra pas empêcher de sortir. Et le jour où Guillaume Soro parlera et livrera certains secrets, des gens seront démystifiés. On se rendra compte que nous les avons mis sur un piédestal auquel ils n'ont pas droit.

Le jour où Guillaume Soro videra son ventre profond des secrets qu'il garde jalousement et que sa petite bouche ne pourra bloquer la sortie, ce jour-là, le monde s'effondrera pour certains.
Prenons donc garde. Car le jour où le bec du calao Guillaume Soro ne pourra plus empêcher que son profond ventre divulgue les secrets qu'il a enfouis, des gens vont se chercher dans ce pays.

 

N.B : Le titre et le chapeau sont de la rédaction

Videodrome