Candidature à la présidentielle de 2020 / Rhdp : L’affaire Amon Tanoh prend une autre tournure

Le père Lambert à fond derrière son fils
20/12/2019
Candidature à la présidentielle de 2020 / Rhdp : L’affaire Amon Tanoh prend une autre tournure
Marcel Amon-Tanoh vient de bénéficier du soutien de son père.

C’est un soutien sans ambiguïté ! Au moment où des informations font état de ce qu’il est en bisbille avec le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, relativement au choix du candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) à la présidentielle du 31 octobre 2020, Marcel Amon-Tanoh vient de bénéficier du soutien de son père, Lambert Amon-Tanoh.

Dans une interview accordée à Tembo/Opera News, et reprise par Le Nouveau Réveil du mercredi 18 décembre 2019, celui qui a été compagnon du premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny, prend position pour son fils. Sans sourciller. Ce soutien clair arrive au moment où Marcel Amon-Tanoh, en sa qualité de ministre des Affaires étrangères, se trouve aux Etats-Unis, dans le cadre de la fin de mandat de deux ans de la Côte d’Ivoire au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Pour Lambert Amon-Tanoh, le choix du candidat du parti au pouvoir à la présidentielle de 2020 doit se faire par vote au bulletin secret. « Si je me considère d’avance comme candidat au détriment des autres, cela crée des frustrations. Avec Houphouët, au temps du parti unique, on désignait les candidats en tenant compte de la popularité auprès des militants de base. Comme il voulait rajeunir les cadres, en 1980, il a instauré la candidature libre. Si on procède par démocratie interne, il n’y aura pas de grabuges », a souligné l’ex-ministre de l’Education nationale, Lambert Amon-Tanoh.

Selon certaines sources, c’est la même position que le chef de la diplomatie ivoirienne défend au sein du Rhdp. Une position qui, semble-t-il, lui créé de sérieux ennuis. Il nous est revenu que Marcel Amon-Tanoh a fait savoir à qui veut l’entendre, que la formation politique présidée par Alassane Ouattara va perdre la présidentielle de 2020, si elle ne choisit pas, selon des critères acceptables et acceptés par tous, son candidat à cette élection cruciale. Précisément, il a été rapporté par des journaux, qu’il a dit que le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, est loin d’être le bon cheval du Rhdp à cette compétition électorale qui s’annonce âpre.

Vrai ou faux ? Le fait pour Amon-Tanoh père de répondre à la question s’y rapportant, pourrait laisser croire que le problème existe réellement.

A preuve, à cette question « Pour de nombreux observateurs, le président Ouattara a déjà choisi un candidat en la personne du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly… », Lambert Amon-Tanoh a répondu que « c’est ce que dit la rumeur », avant de marteler : « Mais si l’on veut qu’il n’y ait pas de clash, l’idéal est que ce que j’ai signifié plus haut soit réalisé. Que les gens soient libres de choisir celui qu’ils veulent. On doit savoir qui est le plus populaire au sein du parti ».

S’il souligne que son fils, Marcel peut être candidat à la présidentielle prochaine, le nonagénaire dément qu’il est allé annoncer, récemment, sa candidature au président Russe, Vladimir Poutine.

L’actuel chef de la diplomatie ivoirienne ferait-il un bon président ?

Comme réponse à cette interrogation posée au cours de l’interview, Lambert Amon-Tanoh a dit qu’«a priori oui », s’interrogeant « Et pourquoi pas ? » « Il est entré en politique suivant plusieurs cheminements. L’échec est formateur. Depuis les accords de Marcoussis, il est au gouvernement. C’est le fidèle compagnon du président. Mais le destin a des arcades insondables. Il peut valoir être candidat ou postuler pour une sélection interne, tout dépend de la méthode. Il a acquis, à mon sens, sous l’ombre tutélaire du président, beaucoup d’expériences », a-t-il défendu son fils. Sans fard.

Pour être un soutien, c’en est un, surtout quand ça vient de son géniteur.

On pourrait donc dire que si Marcel Amon-Tanoh nourrit réellement les ambitions présidentielles -d’ailleurs légitimes - qu’on lui prête, il peut compter sur les bénédictions de son père. Et, ce n’est pas rien !

SYLLA Arouna

 

SYLLA Arouna

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

Videodrome