A quelques mois de la présidentielle: Des religieux interpellent la classe politique


20/01/2020
A quelques mois de la présidentielle: Des religieux interpellent la classe politique
Le Cheikh Ould Aiman Boikary Fofana, président du Cosim, remettant à l'imam Sy Savané Ayoub, son certificat d'investiture en qualité de responsable régional Cosim du Guémon.

La situation socio-politique de la Côte d'Ivoire, à quelque neuf (9) mois de la présidentielle, préoccupe de nombreuses personnes. Aussi, des hommes de Dieu, toutes confessions religieuses confondues, ont-ils décidé d'agir en amont. Ils ont choisi d'investir toute la Côte d'Ivoire, en commençant par l'ouest, et de multiplier les appels à la retenue et au bon sens. C'est cet objectif qui a présidé à l'organisation d'une grande soirée œcuménique du 10 au 11 janvier 2020 à Guiglo. C'était à l'initiative du mouvement Cœur d'amour pour la renaissance et la paix en Côte d'Ivoire (Carpci).

La grande soirée a eu lieu à l'espace Félix Houphouët-Boigny de Guiglo où avaient convergé des milliers de personnes (Ivoiriens, non Ivoiriens, musulmans et chrétiens) vivant dans les régions du Guémon et du Cavally. Du haut de la tribune, le président du Carpci, le prophète Octave Yahi, a déclaré : « nous sommes venus dire aux hommes politiques que les Ivoiriens sont éprouvés par la souffrance. C'est Dieu qui établit l'autorité. Et quand il ne t'a pas choisi, rends-lui gloire, et attends ton tour, plutôt que de chercher à faire la guerre. Les Ivoiriens doivent avoir la crainte de Dieu, il est le seul qui préside à notre destinée ».

De son côté, le président du Conseil supérieur des imams de Côte d'Ivoire (Cosim), le Cheikh Ould Aiman Boikary Fofana, avait entrepris, lui aussi, une tournée dans l'ouest montagneux. Vendredi 10 janvier 2020, le guide religieux était à Duékoué, où il a procédé à l'installation officielle de l'imam central et président régional du Cosim du Guémon, Sy Savané Ayoub. A cette occasion, le Cheikh Ould Aiman Boikary Fofana a prodigué des conseils aux populations, en général, à la jeunesse et à la classe politique, en particulier. « Nous venons dire à nos frères et sœurs du Guémon, que la politique n'est pas un combat de vie ou de mort. Ce n'est pas non plus, défendre une personne, ni une région, ni une religion. La politique est un jeu et un combat de programmes », a précisé le Cheikh Boikary Fofana.

Aux jeunes ivoiriens tentés par l'immigration clandestine, le président du Cosim a donné des conseils. « La Côte d'Ivoire est une terre de bonheur et de richesses. Seuls le travail et l'intelligence procurent de l'argent. L'Eldorado, c'est ici et nulle part ailleurs. Arrêtez d'aller mourir au large de la méditerranée et abandonnez les grins de thé car on y perd du temps à ne rien faire. Et en perdant du temps, on perd ainsi sa vie », a signifié le guide religieux.

 

Théodore TOMIN

Correspondant régional

Théodore TOMIN

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2