Délocalisation de la marche des catholiques : Le Mouvement des jeunesses actives de Côte d'Ivoire accuse l'opposition

Le président du Mojaci, Sanogo Kakou Serge : " Bédié est le seul auteur de l'annulation de la marche priante"
30/01/2020
Délocalisation de la marche des catholiques : Le Mouvement des jeunesses actives de Côte d'Ivoire accuse l'opposition
Sanogo Kacou Serges, assène l'opposition.

Compte tenu de l’actualité politique nationale qui prédomine depuis des jours, le président du Mouvement des jeunesses actives de Côte d'Ivoire (Mojaci), Sanogo Kakou Serge, s'est prononcé face à la presse, le jeudi 30 janvier 2020, dans un hôtel à Abidjan-Cocody.

Plusieurs sujets ont été évoqués lors de cette conférence de presse animée par ce jeune partisan du Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly. Parmi les sujets abordés, l'annulation de la « marche priante » que devait organiser l'Église catholique, le samedi 15 février 2020.

Le président du Mojaci, Sanogo Kakou Serge, a accusé les partis politiques de l'opposition, d’être à l'origine de la délocalisation de la marche des chrétiens catholiques. Selon lui, la marche a été reportée par la faute de l'opposition plus particulièrement, de celle du président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié. « La marche a été reportée par la faute de l'opposition ivoirienne. Elle a commencé à être politisée par Henri Konan Bédié et certains leaders », a-t-il martelé. Pour lui, Bédié est « le seul auteur de l'annulation de la marche de l'Église catholique ».
Bédié n'a pas été sa seule cible. Sanogo s'en est également pris à Guillaume Soro, l'ancien président de l'Assemblée nationale qui ne cesse de critiquer le pouvoir d'Abidjan. Selon ses dires, l’acharnement du président de Gps, Guillaume Soro, contre l'actuel chef de l'État se résume en la promesse que Ouattara lui aurait faite de lui passer le flambeau, en 2020, après ses deux mandats. « J'ai été choqué, étonné des paroles de Soro. Il a dit qu'il n'a pas l'âme d'un héritier… On comprend que cet acharnement se résume au fait que sa personne soit aux affaires… Qu'il se concerte bien avec Henri Konan Bédié pour nous dire exactement ce qui a été dit… Comment tu es témoin d'une promesse, alors qu'on t'a promis et tu ne dis rien… Toute cette cabale ne répond à rien. C'est du dilatoire. C'est dommage que l'avenir de ce pays se résume à des promesses », a fulminé Sanogo Kakou Serge.

Il s'est aussi adressé au président du Fpi, Pascal Affi N'guessan, qui avait critiqué la Commission électorale indépendante (Cei), lors de sa sortie du samedi 25 janvier 2020. « Le Mojaci prend acte du revirement du président Affi N'Guessan sur la question de la Cei, mais ne s’étonne pas que cette démarche de « mapouka » soit le partage de l’ensemble des acteurs et des nouveaux acteurs de l’opposition ivoirienne. » a t-il indiqué. Il a tenu à préciser que la Cei ne sera plus revisitée.

Par ailleurs, le président du Mojaci a loué les actions du chef du gouvernement, Amadou Gon Coulibaly. Pour lui, l'avènement au pouvoir d'Amadou Gon Coulibaly, en cas d’empêchement d'Alassane Ouattara, serait une bonne nouvelle.
« Amadou Gon Coulibaly est un homme acharné au travail, un démocrate engagé pour son pays, un homme de dialogue et d'ouverture. Pour nous jeunes de Côte d'Ivoire, son avènement au pouvoir d'État sera une bonne chose pour le pays et son élection par le peuple ivoirien ne souffrira d'aucune ambiguïté », a t-il signifié.

De ce fait, il a lancé un appel à la mobilisation à l'ensemble de la jeunesse ivoirienne et aux différentes coordinations du mouvement des jeunes actives de Côte d'Ivoire à l’intérieur du pays. Et, a annoncé une tournée sur l'ensemble du territoire autour de la sensibilisation sur les actions posées par le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly.

Il faut souligner que, le samedi 18 janvier 2020, une cérémonie d'hommage et de soutien aux actions d'Amadou Gon Coulibaly avait déjà été initiée, au Palais de la culture, à Treichville. Une manifestation qui pour le président du Mojaci était capitale au regard du niveau du leadership qu'incarne le chef de gouvernement, de ses habitudes dans la conduite de ses actions gouvernementales.

Josée BOUAFFOU (Stg)

Videodrome