Présidentielle 2020/ Dialogue politique : Zadi Djédjé dénonce la ''mauvaise foi'' de l'opposition significative

« Ces ainés politiques sont ennemis du pouvoir dans la journée mais ils sont amis du pouvoir la nuit.»
19/02/2020
Présidentielle 2020/ Dialogue politique : Zadi Djédjé dénonce la ''mauvaise foi'' de l'opposition significative
Zadi Djédjé entouré des membres de l'Aid a fustigé l'opposition significative.

Le porte-parole du groupement politique Alliance des Ivoiriens pour la démocratie (Aid), Zady Djédjé, est scandalisé par la réaction des opposants significatifs, suite à la clôture de la 2ème phase du dialogue politique sur le code électoral, le lundi 17 février 2020. À cet effet, il a animé une conférence de presse, le mercredi 19 février 2020, au Baron d'Abidjan- Yopougon, pour apporter sa part de vérités sur les différents points débattus lors de la rencontre.

« Je suis à cette conférence pour rétablir la vérité, je voudrais être clair et dire ce qui est » a déclaré Zadi Djédjé. Selon lui, le dialogue politique s'est bien déroulé dans un esprit de paix et d'amour et ne comprend donc pas la posture de l'opposition significative. Il a expliqué que le cautionnement, le parrainage des candidatures et la fin de la transhumance politique ont été l’essentiel des points de convergences entre le gouvernement et les partis politiques de l'opposition. Il a précisé que le gouvernement et l'opposition se sont mis d'accord sur une fourchette de 50 à 100 millions de francs Cfa du cautionnement pour la présidentielle. Et de réveler qu'en ce qui concerne le parrainage, l'opposition était partante pour un parrainage citoyen.

De ce fait, le porte-parole de l'Aid s'est dit surpris de voir et de constater que certains soutiennent qu' au cours de ce dialogue le gouvernement veut faire un passage en force. Il a tenu à préciser qu'à l'unanimité tous les participants étaient d'accords pour ces points cités plus haut et non pour d'autres points tels que la libération des prisonniers politiques, le sujet de la cei, le retour des exilés politiques, evoqués par Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds), le Front populaire ivoirien (Fpi), le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci). Zadi Djédjé a indiqué que le Premier ministre a été très clair, il ira soumettre et faire le point au Président de la République, M. Alassane Ouattara.
« Il faut rappeler à certains partis de l'opposition qui se font appelés opposition significative, je voudrais leur dire nous sommes allés à un dialogue, nous sommes allés à une discussion, nous sommes tombés d'accord sur certains points avec le gouvernement et non pour certains. Mais à l'unanimité l'Eds et le Pdci donnent l'impression qu'ils n'ont pas donné d'accords à ce dialogue pourtant c'est faux. Ils étaient d'accord pour le cautionnement donc on ne peut pas parler de signature c'est un accord qu'on signe, le dialogue politique n'est pas un accord c'est une réunion » a fustigé Zadi Djédjé et dénoncant la mauvaise foi de ces partis politiques : « Nous demandons à nos aînés de l'opposition d'être une fois cohérents dans leur démarche politique. Ils n'aiment pas la Côte d'Ivoire… Ils sont ennemis du pouvoir la journée et amis du pouvoir la nuit… ».
Le porte-parole de l'Alliance a affirmé que le gouvernement avait informé que des dispositions seraient prises afin que ces différentes préoccupations soient abordées dans la troisième phase des négociations qui devrait s’ouvrir très prochainement.
Il a par la suite lancé un appel aux ivoiriens, « N'écoutez pas certains opposants qui pensent qu'il faut toujours manipuler la jeunesse, appeler le peuple dans la rue. On ne peut pas continuer à instrumentaliser le peuple. » a t-il craché.

Zadi Djédjé n'a pas manqué de saluer le Président de la République et le Premier ministre pour leur esprit d'ouverture.

Josée BOUAFFOU (Stg)

1 | 2