Situation socio-politique/ Depuis Aboudé-Mandéké, Aka Véronique : « Ne comptez pas sur le Pdci pour accéder au changement par la guerre »


02/03/2020
Situation socio-politique/ Depuis Aboudé-Mandéké, Aka Véronique : « Ne comptez pas sur le Pdci pour accéder au changement par la guerre »
Aka Véronique a parlé aux militants Pdci d'Agboville. (Photo d'archives)

La situation sociopolitique déjà délétère à huit mois d'une présidentielle qui s'avère catastrophique, fait jaser les politiques et les citoyens. Face à ce climat d'incertitude, Aka Véronique, députée de la circonscription de M'Batto et vice-présidente du Parti démocratique de Côte d'Ivoire, était face aux populations d'Aboudé-Mandéké, bourgade de plus de cinq mille âmes, au Nord du département d'Agboville, le lundi 24 février 2020, pour passer le message de son parti.

Une visite qui s'inscrit dans le cadre de la tournée éclatée, initiée par le parti fondé par Félix Houphouët-Boigny. Il s'agissait de partager les informations qui meublent l'actualité politique avec les populations. D'entrée de jeu, la cheffe de délégation a indiqué que le pays est en danger, au regard, selon elle, d'un recul démocratique observé. La très proche collaboratrice de Henri Konan Bédié, le président du Pdci, a égrené les difficultés dans le processus d'acquisition de la nouvelle carte d'identité. Elle a dénoncé le coût élevé de la carte, la démarche d'inscription trop difficile pour une population à majorité analphabète et surtout le manque de bureaux d'enrôlement.

« Mes chers parents, on ne veut pas vous donner les cartes d'identité qui attestent de votre nationalité.Le pays est en danger, car si on refuse de vous donner les cartes d'identité, c'est qu'on veut nous arracher notre pays. Je vous demande de vous lever, de tout mettre en œuvre pour aller faire les cartes, même s'il y a un seul bureau, comme c'est le cas à Agboville », a lancé Véronique Aka. Non sans parler de rattrapage « ethnique » dans les concours et dans l'Administration, le musellement et l'emprisonnement des opposants, le désir de revenir à la pensée unique, 30 ans après l'avènement du multipartisme.

« Il n'y a plus de calcul à faire. Comment comprendre que pour un département si peuplé, on vous donne un seul bureau d'enrôlement ? Je vous demande d'aller faire vos cartes si vous ne voulez pas qu'on vous arrache votre pays. Car, la carte est l'arme redoutable avec laquelle vous pourrez chasser les dirigeants véreux et choisir ceux que vous voulez, en toute tranquillité, dans les urnes. Nous, au Pdci, parti de paix, nous ne voulons pas de guerre dans notre beau pays. Ne comptez pas sur nous pour vous appeler à la guerre pour accéder au pouvoir. Si les rattrapages dans les concours et les administrations, laissant vos enfants diplômés pour compte, ne vous font pas plaisir, si vous avez assez du musellement et des emprisonnements abusifs de tous ceux qui ne pensent pas de la même manière qu'eux, alors, la seule alternative, c'est d'aller faire sa carte », a-t-elle poursuivi.

Devant les militants et sympathisants sortis nombreux, la députée Aka Véronique a salué avec enthousiasme, la réconciliation entre les présidents Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. Il faut noter que pour le succès de la rencontre, le départemental Pdci, Okiéré Koutoua Honoré, n'a pas fait dans la dentelle. Une mobilisation exceptionnelle, baromètre de la bonne santé du parti dans le canton Krobou, délégation départementale Agboville 3, saluée par l'envoyée du parti, qui s'est adonnée à cœur joie à une belle ambiance dansante, malgré des querelles intestines. Avant de prendre congé de ses hôtes, Aka Véronique a insisté sur l'extrême nécessité d'acquérir la carte nationale d'identité et de se faire enrôler sur les listes électorales, consciente, selon elle, que le processus est biaisé et voué à un échec.

                                                                                               

Célestin KOUAMÉ

(Correspondant régional)

Celestin KOUAMÉ

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

Videodrome