Côte d'Ivoire/Retour contesté de Gbagbo, Assoa Adou brise le silence : « Gbagbo n’a pas besoin d’autorisation pour venir, il n'a qu'à juste informer les autorités qu’il arrive. »


09/06/2020
Côte d'Ivoire/Retour contesté de Gbagbo, Assoa Adou brise le silence : « Gbagbo n’a pas besoin d’autorisation pour venir, il n'a qu'à juste informer les autorités qu’il arrive. »
Assoa Adou demeure persuadé que le président Ouattara est en train de tout mettre en oeuvre pour favoriser le retour de Laurent Gbagbo

L’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et son ex-ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, sont désormais presque libres. La chambre d’appel de la Cour pénale internationale (Cpi) a rendu jeudi 28 mai en fin d’après-midi, une décision attendue depuis plusieurs mois. Elle lève en partie les conditions imposées à leur libération.

Acquitté le 15 janvier 2019 et maintenu en liberté conditionnelle en Belgique, en vertu d’une décision de la Cpi, rendue le 1er février 2019, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé peuvent à présent voyager presque librement et se rendre dans les 123 Etats membres de la Cour pénale internationale (Cpi) y compris la Côte d’Ivoire où les concernés entendent fouler à nouveau le sol. Un retour qui ne peut se faire en principe sans l’aval du président de la République, Alassane Ouattara. Etant donné que la Cpi indique clairement dans sa décision du 28 mai que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé pouvaient naturellement se rendre dans tous les pays signataires du traité de Rôme, à condition que ces derniers les y autorise. Mais pour Assoa Adou, secretaire général du Front populaire ivoirien (Fpi) version Laurent Gbagbo, son mentor n’a absolument pas besoin d’une quelconque autorisation du pouvoir d’Abidjan et que le retour de Gbagbo dépendait uniquement de son agenda.

« Le Président Gbagbo n’a pas besoin d’autorisation pour venir en Côte d’Ivoire, son propre pays. S’il partait dans un autre pays, il aurait eu besoin d’autorisation. Mais, pour venir en Côte d’Ivoire, tout dépend de lui. Il n’a qu’à juste informer les autorités qu’il arrive, c’est tout. Et le Président Ouattara lui doit cela. Parce qu’il faut rappeler que le Président Gbagbo, quand il était au pouvoir, n’a ménagé aucun effort pour faire revenir d’exil, les Présidents Bédié et Ouattara. Et il m’a envoyé chercher le président Guéi dans son village, pour le ramener à Abidjan. », a dit Assoa Adou dans un message rendu public lundi 08 juin 2020 sur la page Facebook du Fpi Gbagbo. Assoa Adou demeure également persuadé qu’à l’heure actuelle, le président Ouattara est en train de préparer un avion, pour aller son mentor. « Soyez tranquilles et sereins, le Président Gbagbo sera là, très prochainement. », a-t- il ajouté.

Faut-il, le rappeler, le 15 janvier 2019, la Chambre de première instance I, à la majorité, la juge Herrera Carbuccia joignant une opinion dissidente, a acquitté M. Gbagbo et M. Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l'humanité prétendument perpétrés en Côte d'Ivoire en 2010 et 2011. Une décision dûment motivée a été rendue par écrit le 16 juillet 2019. L'Accusation a fait appel de cette décision.

Le procès dans cette affaire s'était ouvert le 28 janvier 2016 pour des charges de crimes contre l'humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains ou – à titre subsidiaire –tentative de meurtre, et persécution) prétendument perpétrés dans le contexte des violences post-électorales en Côte d'Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011. 

 

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2