Côte d’Ivoire. Attaque de Kafolo/ L’armée rend hommage aux 14 soldats tués par les djihadistes


02/07/2020
Côte d’Ivoire. Attaque de Kafolo/ L’armée rend hommage aux 14 soldats tués par les djihadistes
Le Chef suprême des Armées, Alassane Ouattara, a rendu un hommage, au nom de la patrie

Les Forces armées de Côte d’Ivoire ( Faci), dans toutes leurs composantes structurelles, ont rendu, ce jeudi 2 juillet 2020, un hommage émouvant, aux soldats tombés, à Kafolo, à la suite d’une attaque djihadiste. Et ce, en présence du chef de l’État, Alassane Ouattara.

L’attaque de Kafolo, a été menée par des combattants du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance du Sahel affiliée à Al-Qaida, présents dans la zone, selon une source sécuritaire burkinabée.

Dans l’oraison funèbre qu’il a lue, à la «  place d’armes Ouattara Thomas d’Acquin, au camp Galliéni, le Général de Brigade, chef d’état-major de l’armée de terre, Dem Aly Justin, a salué la mémoire des soldats de l’armée de terre et de la gendarmerie, ” partis bien trop tôt, bien trop vite” et qui ont payé « de leur vie au champ d’honneur ». Il a stigmatisé la «  traîtrise »sournoise de l’ennemi, dans cette attaque.

«  La mort englouti l’homme, mais, elle n’engloutit pas sa réputation. Frères d’armes, les voies de Dieu sont insondables. 14 pères de familles arrachés brutalement à l’affection des siens. Seul Dieu saura répondre à nos questions » a fait valoir le général, dans une voix nouée par l’émotion.

Le Chef suprême des Armées, Alassane Ouattara, a rendu un hommage, au nom de la patrie ivoirienne, aux 14 soldats “morts en héros” après une attaque terroriste, dans la nuit du 10 au 11 juin, dans leur cantonnement à Kafolo (Nord).

Le chef du commando djihadiste qui a mené une attaque meurtrière contre l’armée à Kafolo, dans le nord de la Côte d’Ivoire, a été capturé, a affirmé, lundi 22 juin, le ministre ivoirien de la défense, Hamed Bakayoko. « Le chef du commando qui a mené l’action a été pris hier », a déclaré le ministre lors d’un discours d’hommage aux soldats tués, au nouveau camp militaire d’Akouedo, à Abidjan, retransmis sur son compte Facebook.

Dans la nuit du 10 au 11 juin, une attaque attribuée aux djihadistes contre un poste mixte armée-gendarmerie à Kafolo avait fait « une dizaine de morts » et six blessés parmi les militaires ivoiriens, selon l’armée, qui n’a pas donné de bilan plus précis à ce jour.

De sources sécuritaires non officielles, 11 soldats et un gendarme ont été tués lors de cette attaque, considérée comme des représailles à une opération militaire conjointe de la Côte d’Ivoire et du Bukina pour déloger des jihadistes installés dans le nord de la Côte d’Ivoire.

Le Président de la République, selon l’Agence ivoirienne de presse ( Aip) a remis aux familles éplorées des drapeaux de la nation, avant de déposer une gerbe de fleurs en mémoire des neuf Maréchaux des Logis (MDL) en Chef, deux Sergents Chefs, un MDL, deux brigadiers des armées ivoiriennes.

Ces soldats morts ont été décorés à titre posthume de la médaille de Chevalier dans l’Ordre national par le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, premier ministre par interim.

“Nous confions à vos familles les insignes de vos grades”, a indiqué le ministre d’Etat, accompagné du chef d’état-major adjoint des Armées, Général de Corps d’armée, Lassina Doumbia, et du commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, le Général de Division, Alexandre Apalo Touré.

Cette cérémonie d’hommage concerne 11 militaires du Bataillon d’artillerie sol-air (BASA), deux autres du quatrième bataillon d’infanterie de Korhogo et un gendarme de l’escadron mobile de Kong.

Les 84 porteurs des cercueils, selon l’Aip, sont issus de toutes les unités de la classe d’Abidjan, à savoir le premier Bataillon d’infanterie d’Akouedo, le premier Bataillon  blindé, le premier Bataillon commando parachutistes, le Bataillon d’artillerie sol air et l’Escadron de Koumassi pour montrer la solidarité des troupes. Le retrait du drapeau national a mis fin à la cérémonie de souvenir et de reconnaissance.

M. Bakayoko a également fait état d’un nombre d’« arrestations très important de personnes directement en action » [impliquées] dans l’attaque de Kafolo, évoquant des photos retrouvées dans des téléphones portables.

Le 18 juin, l’armée ivoirienne avait affirmé avoir arrêté 27 personnes, détruit du matériel logistique et saisi du matériel de communication lors de son « opération de ratissage » dans la zone de Kafolo et dans la zone voisine du parc national de la Comoé, réputée abriter des planques djihadistes.

Armand B. DEPEYLA

 

Armand B. Depeyla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome