Présidentielle 2020 : La ministre Aimée Zebeyoux sensibilise les leaders communautaires pour des élections apaisées et sans violence

Aimée Zebeyoux : « Il ne faut pas faire la politique politicienne. »
02/07/2020
Présidentielle 2020 : La ministre Aimée Zebeyoux sensibilise les leaders communautaires pour des élections apaisées et sans violence
La ministre Aimée Zebeyoux invite les populations à prendre part au processus électoral

Aimée Zebeyoux, la secrétaire d’Etat chargée des Droits de l’Homme ne veut pas dormir sous ses lauriers. A 04 mois de la présidentielle d’octobre 2020, elle a décidé d’agir au plus vite pour que la crise née au lendemain de la présidentielle de 2010 ne se reproduise pas. Dans cette veine, elle a rencontré ce jeudi 02 juillet 2020, à Abidjan-Yopougon les leaders communautaires, à l’effet de les sensibiliser sur le bien-fondé de promouvoir la cohésion sociale et la paix. Surtout en cette période préélectorale.

Mieux vaut prévenir que guérir ! Cet adage est bien perçu par la secrétaire d’Etat chargée des Droits de l’Homme, Aimée Zebeyoux qui, à la veille du scrutin présidentiel, veut tout mettre en œuvre pour que le pays réussisse le pari de la démocratie et du respect des Droits de l’Homme. Ce jeudi à Yopougon, la plus grande commune du District d’Abidjan, elle a de nouveau appelé les leaders communautaires à être des garants moraux pour la sauvegarde de la paix et la cohésion sociale. Vœux cher au président de la République, Alassane Ouattara. C’était à l’occasion d’un atelier de renforcement de capacités des leaders communautaires et autres autorités coutumières sur le thème : le respect des Droits de l’Homme et le maintien de la cohésion sociale en période électorale.

« Le choix porté sur votre personne répond à l’impératif de porter la voix du gouvernement pour le respect des Droits de l’Homme en cette période électorale. C’est pour vous un devoir et une obligation en tant que partisan de paix et agent de développement d’être le porte-drapeau sinon le flambeau de la promotion et de la protection du droit de vote de chaque citoyen, membre de vos différentes communautés.», a martelé la ministre Aimée Zebeyoux. Tout en appelant les leaders communautaires à être, le porte flambeau des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire. Pour la Magistrate hors hiérarchie, nul ne devrait être empêché à prendre part au processus électoral. C’est pourquoi, a-t-elle invité, les leaders communautaires à sensibiliser les populations sur la nécessité de s’inscrire sur la liste électorale et d’être des acteurs de développement.

«Appropriiez-vous le processus d’identification. Sans la Carte nationale d’identité (Cni), vous ne pouvez rien faire. C’est la Cni qui permet de vous identifier, de prouver votre attachement à votre nation. Inscrivez-vous sur la liste électorale. Election, ce n’est pas palabre. Quel que soit la personne qui est élu, il faut l’accompagner dans les actions de développement. Il ne faut pas faire la politique politicienne. Il faut penser développement. Il n’est jamais trop tard de bien faire.», a laissé entendre la Secrétaire d’Etat, chargée des Droits de l’Homme.

Le directeur de la Promotion du Secrétariat d’Etat chargé des Droits de l’Homme, N’Djomou De Achille, a quant à lui, entretenu les leaders communautaire présents à cette rencontre sur l’importance du respect des droits de chacun et le maintien de l’esprit de paix et de cohésion sociale. Il a, par ailleurs, invité les leaders communautaires à être de véritables ambassadeurs de paix en expliquant à leurs enfants, voisins, amis, épouses et époux, et aux membres de leur communauté l’importance du respect des droits de chacun. Lesquels droits s’expriment par la liberté de vote et du choix de son candidat sans aucune forme de pression extérieure.

« Chacun est libre de choisir de le candidat qui lui sied. Il faut que ce choix se fasse dans un esprit de paix et cohésion sociale.», a ajouté N’Djomou De Achille.

 

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome