Côte d'Ivoire

Démission de Daniel Kablan Duncan : La désillusion des transfuges du PDCI-RDA au RHDP…


13/07/2020
Démission de Daniel Kablan Duncan : La désillusion des transfuges du PDCI-RDA au RHDP…
Le Vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan, a démissionné pour "convenance personnelle"

Après plusieurs entretiens dont le dernier a eu lieu le mardi 7 juillet 2020, le président de la République, Alassane Ouattara, a pris acte de la démission, et procédé le mercredi 8 juillet 2020, à la signature d’un décret mettant fin aux fonctions de Vice-président de Daniel Kablan Duncan. Une démission qui pourrait être révélatrice de la désillusion des transfuges du PDCI-RDA, au RHDP.

Quel coup ! Daniel Kablan Duncan, ministre des Affaires Etrangères, puis Premier Ministre, sous Alassane Ouattara, qui l’a nommé au poste de Vice-président de la République de Côte d’Ivoire, a rendu sa démission de son poste. La nouvelle a été rendue publique, ce lundi 13 juillet 2020, dans un communiqué lu par Patrick Achi, le secrétaire général de la présidence.

La démission de Daniel Kablan Duncan est une décision qui a été murie de longue date. Selon le communiqué, le désormais ancien Vice-président avait remis sa démission, par correspondance au président Ouattara, le jeudi 27 février 2020, pour des raisons de convenance personnelle. Et les nombreux entretiens qu’ils a eus avec le chef de l’Etat, ne l’ont pas fait bouger d’un iota. Si bien que Ouattara a pris acte de sa démission, et procédé, le mercredi 8 juillet 2020, à la signature d’un décret mettant fin à ses fonctions de Vice-Président.

Cette démission de Duncan, figure emblématique de la fronde contre Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), sonne comme un échec de l’aventure des transfuges de ce parti avec le Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Pourtant, 4 mois après le retrait du PDCI-RDA du RHDP, Daniel Kablan Duncan, à la tête des transfuges du vieux parti, avait lancé, le dimanche 23 décembre 2018, un nouveau mouvement dénommé PDCI-Renaissance, dans l’espoir d’affaiblir le parti créé par Félix Houphouët Boigny, en entraînant d’autres militants dans la formation politique dirigée par Ouattara.

Dans la foulée, Duncan avait affirmé qu’il est désormais RHDP. « Je suis RHDP depuis le début, du pied à la tête ». C’était le samedi 6 octobre 2018, lors du meeting organisé en soutien aux candidats du RHDP aux élections locales à Grand Bassam.

Et les récurrentes sorties de certains cadres du RHDP pour faire comprendre aux membres de la coalition qu’il n’existe désormais qu’un seul parti (le RHDP) avaient fini par tiédir les ardeurs de Duncan et tous les sympathisants du PDCI-Renaissance, ainsi que les quelques ‘’récalcitrants’’ membres de cette coalition qui s’affichaient comme des responsables de leur parti d’origine. Albert Mabri Toikeusse, président de l’UDPCI, en sait quelque chose…

En outre, en tant que Vice-président de la République, Duncan n’avait, en réalité, aucun pouvoir. Comme dirait l’écrivain et homme politique, Aimé Césaire, c’était « Un pouvoir sans croûte ni mie ». En d’autres termes, c’était un pouvoir vide.

Certains observateurs de la scène politique ivoirienne pensent que sa démission n’est qu’une suite logique. On se demande bien si elle ne va pas entrainer celle de certains de ses camarades du PDCI-Renaissance. Surtout que des mauvaises langues annoncent déjà une saignée au « Restaurant », à quelques mois de la présidentielle d’octobre 2020. Attendons de voir.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome