Jean-Louis Billon avoue : « Je suis inquiet devant l’attitude du pouvoir en place »

« Le Covid-19 agit comme un révélateur des faiblesses de la politique conduite ces toutes dernières années »
« Environ 7 millions de personnes, soit près d’un quart de notre population, sont passées sous le seuil de pauvreté »
10/08/2020
Jean-Louis Billon avoue : « Je suis inquiet devant l’attitude du pouvoir en place »
Ph DR

Dans un message adressé aux ivoiriens à l’occasion de la célébration du 60ème anniversaire de la Côte d’Ivoire, Jean-Louis dévoile sa crainte « devant l’attitude du pouvoir en place ». Le cadre du PDCI qui estime que le seuil de pauvreté en Côte d’Ivoire a atteint des proportions inquiétantes en Côte d’Ivoire sous le régime en place appelle à une union sacrée autour du candidat du PDCI, le président Henri Konan Bédié.

La Côte d’Ivoire face à son destin  

Le 7 août est une journée particulière pour tous les Ivoiriens. Cette année, nous fêtons les 60 ans de notre indépendance, la naissance de la nation ivoirienne moderne sous l’égide de Félix Houphouët-Boigny. Aujourd’hui, grâce à notre Père de la Nation, le peuple ivoirien dispose d’un socle pour rester uni et rassemblé. Cette journée de fête, où la joie et la fierté d’être Ivoiriens, doit nous rassembler.

Malheureusement, il m’est difficile d’avoir le cœur à la fête alors que tant de nos concitoyens sont plongés dans le désarroi avec la crise du coronavirus, la pire crise économique et sanitaire de notre histoire contemporaine. Selon une étude du PNUD publiée en juillet, environ 7 millions de personnes, soit près d’un quart de notre population, sont passées sous le seuil de pauvreté. Le Covid-19 agit comme un révélateur des faiblesses de la politique conduite ces toutes dernières années, privilégiant la croissance au détriment du développement. 

Si la Côte d’Ivoire est souvent citée comme la « locomotive de l’Afrique de l’Ouest », nous restons pourtant bien dans le wagon de queue dans de nombreux domaines comme l’éducation et la santé. Des services publics pourtant indispensables pour permettre à chacune des Ivoiriennes et chacun des Ivoiriens de vivre dignement. Quel gouvernement peut affirmer avoir un projet social s’il n’offre pas à sa population les moyens d’apprendre et de se soigner ? 

Face à cette débâcle, la réponse ne peut être que politique. C’est pourquoi l’élection présidentielle est d’une importance majeure : en temps de crise, le peuple doit pouvoir choisir sereinement à qui il souhaite confier son destin. Ce choix souverain doit se traduire dans la stricte vérité des urnes, et dans le respect de la démocratie et de notre constitution. Face à ces enjeux et exigences, je suis inquiet devant l’attitude du pouvoir en place et j’en appelle au large rassemblement autour du candidat du PDCI, notre Président Henri Konan Bédié. 

Alors que chaque jour, la société civile, des ONG ivoiriennes et étrangères, des institutions internationales s’inquiètent pour la tenue d’une élection apaisée en Côte d’Ivoire cette année, j’en appelle à la responsabilité de chacun pour offrir au peuple ivoirien les élections qu’il mérite. Le respect des électrices et des électeurs est essentiel dans une démocratie moderne, tout comme des institutions pouvant garantir la transparence et l’impartialité du scrutin. 

J’ai une pensée particulière pour la jeunesse de notre pays, qui parfois semble sans illusion sur une classe politique ivoirienne pouvant paraître surtout préoccupée par ses propres petits soucis et non par l’intérêt général. Elle a bien raison et c’est à nous, responsables politiques, d’êtres exemplaires. La Côte d’Ivoire d’aujourd’hui doit se faire avec et pour vous. Vous êtes la promesse d’une aube nouvelle pour notre pays. En 2020, prenez le destin de notre pays en main !

 

Vive la Côte d’Ivoire, bonne fête d’indépendance à tous.

 

Jean-Louis Billon

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2