Conditions pour la reprise du dialogue politique

Le Rhdp dénonce un «chantage odieux »


22/11/2020
Le Rhdp dénonce un «chantage odieux »
Kobenan Adjoumani a rappelé que les motifs d’arrestation des personnalités de l’opposition sont graves.

Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) n’est pas d’accord que l’opposition pose des conditions pour la reprise du dialogue politique. C’est un chantage, selon Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole principal de ce parti qui a animé un point de presse, ce dimanche 22 novembre 2020, aux II Plateaux-Vallon.

 

« Pour le RHDP, il n’est point question de succomber à ce chantage odieux, à cette surenchère nauséeuse et inacceptable », a fait savoir Kobenan Adjoumani. Avant d’ajouter : « Il nous semble ici opportun de rappeler et de préciser, pour la bonne compréhension de tous, que les faits qui ont présidé à l’arrestation des personnes dont la libération est réclamée sont extrêmement graves. Les appels à la désobéissance civile, au boycott actif des élections ont débouché sur des cas de violences parfois extrêmes, qui ont provoqué des pertes en vies humaines, des destructions de biens, etc. Les auteurs présumés de ces violences ont été interpellés. Des enquêtes sont en cours pour situer les responsabilités. Qui aurait donc peur de la vérité ?

Au demeurant, la création d’un organe de transition qui aurait pour objectif de contester et de renverser les institutions républicaines est un acte de sédition, un crime particulièrement grave qui ne saurait être passé en perte et profit ».

Le porte-parole du Rhdp s’est ensuite interrogé Monsieur Henri Konan Bédié pense-t-il vraiment obtenir gain de cause, en engageant l’épreuve de force avec le Président Alassane Ouattara ? », a fait observer le porte-parole du Rhdp.

Qui a soutenu qu’à travers un communiqué daté du vendredi 20 novembre 2020, « le Président du PDCI-RDA a tiré à bout portant » sur le dialogue amorcé avec le Président de la République. « Monsieur Henri Konan Bédié, qui a une large part de responsabilité dans les violences qui ont secoué le pays pose désormais des conditions pour poursuivre les négociations avec le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara. Il prend même le risque de suspendre de façon unilatérale lesdites négociations et subordonner leur reprise à la satisfaction de certains préalables dont la libération de toutes les personnes interpellées », a souligné Kobenan Adjoumani.

Pour lui, de toute évidence, M.Bédié a mal compris le sens des gestes de bonne volonté posés par le Président de la République. « Qui, il faut le rappeler, a décidé de restituer à Monsieur Henri Konan Bédié l’intégralité de sa garde rapprochée, quand bien même certains éléments de sa sécurité auraient été surpris de connivence active avec les acteurs des violences. La situation socio-politique qui prévaut convoque tous les acteurs politiques au tribunal de la responsabilité et exige de tous de la retenue », a-t-il insisté.

Jonas BAIKEH

 

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome