Arrestation des pro-Gbagbo au Ghana, le gouvernement hausse le ton: « Nous traquerons tous ceux qui s’en prennent à la Côte d’Ivoire »


07/02/2013
Le gouvernement ivoirien est déterminé à faire extrader vers la Côte d'Ivoire, les Ivoiriens, en l’occurrence tous les proches de l’ancien régime, si ceux-ci s’adonnent à des actions subversives.

C’est ce qui ressort de la conférence de presse du porte-parole du gouvernement, Koné Bruno Nabagné, à l’issue d’un Conseil des ministres qui s’est tenu hier mercredi 6 février au Palais présidentiel au Plateau. Selon le porte-voix du gouvernement, les bonnes relations entre la Côte d’Ivoire et ses voisins favorisent l’exécution des mandats d’arrêt lancés par la justice contre les pro-Gbagbo réfugiés à l’extérieur.

« Le principe est que tous ceux qui vont s’en prendre à la Côte d’Ivoire, qui vont s’en prendre à la sûreté de l’Etat des Ivoiriens, vont être poursuivis, et traqués. Nous avons des pays amis et ces pays nous aideront dans la traque de ces personnes-là. Je pense que c’est le lieu d’ailleurs de saluer, le Chef de l’Etat l’a clairement dit, la bonne coopération qu’il y a avec le Ghana sur ces questions- là », a-t-il soutenu.

Même s’il a refusé de livrer le nombre de personnes extradées le lundi, pour Koné Bruno, les pro-Gbagbo doivent rentrer dans les rangs. Le disant, il s’est appuyé sur l’organisation des élections locales auxquelles doivent prendre part les Ivoiriens qui veulent jouer un rôle politique. « Il s’agit aujourd’hui pour les uns et les autres de rentrer dans le rang. Il y a des principes démocratiques et il y a des élections qui ont lieu en Côte d’Ivoire. Donc quand on veut exercer une responsabilité politique, on rentre dans ces principes-là et quand il y a une élection, on se porte candidat à cette élection. C’est tout ce que nous demandons », a-t-il interpellé. A la question de savoir pourquoi il y a un manque de communication dynamique autour des derniers extradés, il a répondu laconiquement que le gouvernement ne veut pas donner à ces choses-là l’importance qu’elles n’ont pas.

Y. DOUMBIA

Yacouba Doumbia

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

Videodrome