Démobilisation des ex-combattants: 4190 armes déjà collectées


11/05/2013
Fidèle Sarrassoro espère « récolter » le maximum d’armes à l’issue de cette opération.
«4190 armes ont été collectées depuis le début de l’opération de marquage des armes. Parmi elles, certaines défectueuses ont été détruites avec l’assistance de l’Onuci ». Ces précisions ont été faites par Fidèle Sarassoro, directeur général de l’Autorité pour le désarmement et la Démobilisation (Addr), le vendredi 10 mai 2013 à l’occasion d’une cérémonie de marquage d’armes organisée par l’Addr et l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire au Plateau.

A cette occasion, Fidèle Sarrassoro a expliqué l’importance de cette opération pour l’aboutissement du processus de sécurisation du pays. « (…) Maintenant, nous sommes à l’étape du marquage des armes non-défectueuses pour assurer une bonne traçabilité de ces armes. Ensuite, comme le prévoit la lettre politique du DD, leur rétrocession aux forces conventionnelles. Le traçage est important dans la mesure où nous ne souhaitons pas que des armes que nous avons déjà collectées se retrouvent dans les mains de civils. », a-t-il expliqué.

Le directeur général de l’Addr est également revenu sur les récentes manifestations des soldats démobilisés qui ont émaillé Bouaké. « Les manifestations des démobilisés de Bouaké s’expliquent par le fait qu’ils sont impatients, ils souhaitent qu’on accélère le processus de leur réinsertion, ce qui est légitime. Nous les avons rassurés en disant que l’Addr a été installée officiellement depuis 6 mois. Ils ont soulevé le cas de leur porte-parole qui aurait disparu. Le ministre de la Défense a donné l’assurance que les services de Sécurité sont activement à sa recherche pour savoir où il se trouve actuellement », a déclaré Fidèle Sarrassoro.

Notons que les armes qui seront saisies au cours de l'opération seront restituées à la Police, la Gendarmerie nationale et les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Le coût total de cette opération se situe, selon l’Addr, entre 85 et 90 milliards de Fcfa financés en grande partie par l’Etat de Côte d’Ivoire.

Abraham KOUASSI (Stg)

*Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2