Economie ivoirienne

Un expert de la Banque mondiale : « Etre Ppte veut dire qu’on a échoué»


15/06/2012
Les Ivoiriens ne devraient pas s’enorgueillir de l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative Pays pauvres très endettés. Ils devraient à la limite en éprouver une gêne, selon l’analyse d’un expert de la Banque Mondiale.

« Etre PPTE signifie qu’on a échoué, qu’on est en faillite », a récemment commenté Emmanuel Noubisié, chargé principal des opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire. Il a tenu ces propos dans le cadre d’une session de renforcement des capacités des journalistes initiée par le groupe Fraternité Matin qui s’est tenue à Cocody. Pour lui, cette initiative permet certes à la Côte d’Ivoire de sortir de l’étau de la dette mais ne signifie pas autre chose que les stratégies de développement de ce pays ont été un fiasco. Emmanuel Noubissié a par ailleurs insisté sur le fait que l’initiative PPTE n’est pas une panacée. « Ceux-ci qui font croire qu’avec les PPTE les revendications salariales vont être résolues trompent le peuple. Ceux qui disent aux fonctionnaires, syndicalistes, commerçants, … que les PPTE vont changer leur vie sont des vendeurs d’illusions », a-t-il asséné. Cette initiative permettra d’annuler une partie substantielle de la dette ivoirienne. Mais pas la totalité. « Le niveau de réduction effectif de la dette sera de l’ordre de 3500 milliards de francs Cfa », a-t-il indiqué. La Côte d’Ivoire devra rembourser, selon ses explications, 1 350 milliards de francs Cfa. « Mais la bonne nouvelle ici c’est que le remboursement de cette dette reviendra à la Côte d’Ivoire sous forme de don », a-t-il fait savoir. Aussitôt que la Côte d’Ivoire paiera à une partie de sa dette, cette somme lui est restituée. Mais pas pour financer des charges de fonctionnement. Cet argent servira à financer des projets de développement préalablement identifiés d’accord-partie entre la Côte d’Ivoire et la France qui lui fait cette faveur dans le cadre du Contrat désendettement développement (Cdd). D’ailleurs, le Premier ministre ivoirien, Jeannot Kouadio-Ahoussou en visite aux Etats-Unis d’Amérique a été reçu le 13 juin 2012 en audience par la Directrice générale du Fonds Monétaire Internationale (Fmi), Christine Lagarde. Avec elle, le chef du gouvernement ivoirien a échangé en particulier au sujet de l’obtention imminente par la Côte d’Ivoire, du point d’achèvement de l’initiative PPTE. Selon les services de la Primature, la patronne du Fmi a confirmé la tenue des réunions des Conseils d’administration de son institution les 25 et 26 juin prochains, devant prendre la décision finale concernant la Côte d’Ivoire. « Jeannot Kouadio-Ahoussou s’est réjoui de cette nouvelle, sans manquer de rappeler devant la presse présente au sortir de l’audience, ce à quoi va servir l’économie d’environ 500 milliards de francs Cfa par an qui sera réalisée désormais du fait de l’effacement de la dette ivoirienne à partir du point d’achèvement de l’IPPTE », a rapporté le service de communication de la Primature. Cet argent, a-t-il dit, ira essentiellement à l’investissement dans les infrastructures économiques et sociales telles que les routes, la santé, l’éducation, etc.

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2