Affaire « riz avarié à Abidjan » : Voici où est stockée la cargaison débarquée, des mesures annoncées


La cargaison de 18 000 tonnes de riz en provenance de Yangon Myanmar et de l'Inde est stockée dans des entrepôts au port d'Abidjan, en attente d'être analysée. (Photo : DR)

Les 18 000 tonnes de riz en provenance de Yangon Myanmar et de l'Inde indexées comme étant des produits impropres à la consommation sont stockés dans des entrepôts au port d'Abidjan. Le Directeur général du Commerce extérieur, Kaladji Fadiga, à l'issue d'une visite ce mardi 19 mars 2019 desdits entrepôts, a annoncé des mesures visant à s'assurer de la qualité de ce riz avant sa mise à la consommation.

Le navire Océanprincess incriminé d'avoir dans ses cales du riz avarié impropre à la consommation, et donc refoulé des ports de Lomé (Togo), Conakry (Guinée) et Tema (Ghana), a effectivement accosté au port d'Abidjan (Côte d'Ivoire). La cargaison de riz d'une quantité totale de 18 000 tonnes a été débarquée et stockée dans des entrepôts dans l'enceinte du port et donc encore sous douane. Lors d'une visite effectuée ce mardi 19 mars 2019 dans lesdits entrepôts, le Directeur général (Dg) du Commerce extérieur, Kaladji Fadiga, a rassuré quant aux mesures conservatoires qui ont été prises à l'effet de s'assurer de la qualité de ce produit. « Nous avons été alertés au niveau du ministère du Commerce le 11 mars 2019 de l'arrivée d'un bateau en provenance de la Guinée via Lomé, qui contenait une cargaison de riz de 18 000 tonnes en provenance de Yangon Myanmar et de l'Inde. Nous avons pris des mesures conservatoires très rapidement et nous avons procédé au prélèvement d'échantillons depuis le 12 mars 2019 qui sont au laboratoire près à être analysés. Comme vous le constatez, cette cargaison est encore sous douane. Elle n'est pas sortie de la zone portuaire, encore moins de la zone sous douane, donc elle ne peut pas se retrouver dans le commerce », a rassuré le Dg du Commerce extérieur. Il a affirmé que des contrôles micro-biologiques et micro-chimiques, ainsi que des contrôles de résidus de pesticides sont en train d'être faits avant que ce produit ne soit mis sur le marché. « Ces résultats seront à notre disposition au bout d'une semaine. Certains de ces textes seront faits dans des laboratoires accrédités à l'extérieur de la Côte d'Ivoire. Et lorsque nous aurons les résultats, nous allons aviser », a-t-il dit. Kaladji Fadiga a insisté sur le fait que si ce riz s'avère malpropre à la consommation, « toute la cargaison sera totalement détruite aux frais de l'opérateur. Un seul kilogramme de ce riz ne se retrouvera sur le marché, si les textes ne sont pas concluants ». Il a encore rassuré la population ivoirienne du fait que des mesures ont été prises pour sécuriser la cargaison stockée au port d'Abidjan.

Le Dg du Commerce extérieur a profité de l'occasion pour informer que chaque année la Côte d'Ivoire importe près de 1,3 million de tonnes de riz de toutes origines. « Il y a trois ans, lorsque nous avons reçu l'alerte d'Africa rice sur le riz en provenance de la zone asiatique, nous avons pris des mesures conservatoires en son temps et des contrôles ont été faits. Depuis lors, nous avons maintenu ces mesures conservatoires », a rappelé Kaladji Fadiga, puis d'indiquer que le Gouvernement prend des mesures pour s'assurer que les produits de grande consommation soient soumis à des contrôles de qualité avant la mise sur le marché.

Irène BATH

 

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte