L'information financière : Quand l'État et les comptables publics s'empoignent


21/02/2020
L'information financière : Quand l'État et les comptables publics s'empoignent
Drissa Koné s'est félicité de la mise en place d'un comité paritaire.

 Les comptables publics et le ministère en charge du budget et du portefeuille de l'État ont échangé le jeudi 20 février 2020, au Plateau, autour du thème : « Regard croisé entre l'État actionnaire représenté par le ministère en charge du budget de du portefeuille de l'État et les professionnels de comptabilité pour parler de la problématique de l'information financière".

Le ministère en charge du portefeuille de l'État a préenté une communication qui a fait ressortir les difficultés que les entreprises d'État avaient à produire une information financière disponible, à bonne date et également qui soit fiable.

« En ce qui concerne l'information disponible à bonne date, c'est une question de production des états financiers et là, on a noté qu'il y a quelques problèmes qui peuvent se trouver au niveau des entreprises elles-mêmes mais, il y a également en terme de traçabilité et de fiabilité, des problèmes qui ont pu être observés avec des experts-comptables et des commissaires au comptes », a souligné Koné Drissa,président de l'Ordre des Experts-Comptables de Côte d'Ivoire.

Selon lui, pour pouvoir résoudre un problème, il faut d'abord se parler. « Et c'était une bonne plateforme pour commencer à se parler. Ensuite, il y a un diagnostic qui a été posé. On a pu s'accorder sur des éléments de diagnostic et une des recommandations majeures qu'on a faite est de dire : mettons en place un comité paritaire de quelques membres qui vont reprendre l'ensemble des discussions, reprendre l'ensemble des documents d'informations disponibles et travailler dans le sens de l’amélioration de cette information financière », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, Bamba Seydou, Directeur général du portefeuille de l'État a indiqué que le ministère en charge du budget et du portefeuille de l'État a pris beaucoup d'initiatives en matière de gouvernance. « Ces initiatives concernaient l'ensemble des acteurs du secteur parapublic. En ce qui concerne les professionnels de la comptabilité et de l'audit, nous n'avions jamais l'occasion d'échanger avec ces acteurs qui constituent un des maillions clés de la gouvernance », a-t-il fait remarquer. Avant d'ajouter : «  Nous pensons que l'information financière est à la gouvernance ce que le sang est pour le corps humain. On ne peut pas y avoir de gouvernance sans la disponibilité d'une information financière qui doit être de qualité ».

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome