Affaire "boeufs morts de soif": Des responsables de l'abattoir réagissent


23/03/2013
Selon les responsables de l'abattoir de Port-Bouët, il n'y a pas de problème d'eau sur le site. (Ph.DR)
Après la publication, hier dans la presse d'un article faisant état de bœufs morts de soif à l’abattoir de Port-Bouët, la réaction des gestionnaires de cet espace a été immédiate.

Après la publication, hier dans la presse d'un article faisant état de bœufs morts de soif à l’abattoir de Port-Bouët, la réaction des gestionnaires de cet espace a été immédiate. Réagissant face à la presse hier sur leur espace, l’exploitant de bétail Almamy A. et le directeur de l’Abattoir et de l’Hygiène Alimentaire, Dr Ouattara Issa, ont déclaré en choeur qu'il n'en est rien.

Almamy A. a confié être en activité sur le site depuis près de deux décennies. « Ça fait vingt ans que je travaille sur ce site. J’ai commencé comme petit vendeur, ensuite démarcheur et aujourd’hui, propriétaire et exploitant de bœufs. L’eau qui alimente les abreuvoirs du parc à bétail n’a jamais été impropre à la consommation des animaux. Pour la simple raison qu’elle est forée à partir d’un château d’eau. », a-t-il mentionné.

De son côté, le directeur de l’Abattoir et de l’Hygiène Alimentaire, Dr Ouattara Issa, a estimé que les conditions d’hygiène alimentaire sont réunies pour la santé des animaux et des populations qui consomment la viande de l’abattoir de Port-Bouët. « L’eau qui alimente les abreuvoirs des abattoirs ne provient pas de la lagune. Elle est forée à 182 m du sous-sol et est située sous une nappe phréatique au-dessus de la moyenne… Les Ivoiriens peuvent donc continuer à avoir confiance en nos abattoirs. Les vétérinaires veillent au grain. La pénurie de la viande n’est pas pour aujourd’hui ni demain. L’éclairage public n’a aussi jamais fait défaut », a-t-il rassuré.

Pour l'exploitant de bétail, Almamy A., il s'agit d'une mauvaise campagne contre le Gouverneur du District d'Abidjan. Je crois que « les gens veulent gâter le nom du Gouverneur Mambé. Plusieurs choses ont changé ici. C’est vrai que par moments, il y avait quelques difficultés pour avoir de l’eau. Mais nous étions quotidiennement alimentés par une benne à eau. », a-t-il expliqué.

H.O

1 | 2

 

Videodrome