Cybersécurité : Un malware présent dans 42 applications de Google Play Store


07/02/2020
Cybersécurité : Un malware présent dans 42 applications de Google Play Store
Il est conseillé d’installer un antivirus sur son appareil Android

 Les applications dans lesquelles était présent ce logiciel malveillant ont été téléchargées par 8 millions d'utilisateurs, fait savoir 20 Minutes dans une parution le jeudi 6 février 2020.

Les chercheurs de l’ESET, une entreprise spécialisée dans l’informatique, ont décelé la présence d’un malware dans le code de 42 applications disponibles sur le Google Play Store, rapporte le site spécialisé Welivesecurity, qui dévoile aussi leur nom. Baptisé Android/AdDisplay. Ashas, ce logiciel malveillant sévit depuis plus d’un an et les applications concernées ont été téléchargées par 8 millions d’utilisateurs.

Lors de la découverte du malware par l’ESET, une vingtaine d’entre elles avaient déjà été retirées du magasin d’applications. Les autres l’ont été immédiatement après que Google a été alerté. « Ces applications sont toujours disponibles dans les magasins d’applications tiers », souligne cependant le rapport. Il est donc conseillé d’installer un antivirus sur son appareil Android, pour limiter le risque d’intrusion.

Une fois présent sur le smartphone via l’une des 42 applications, le malware affichait de manière intempestive des publicités intrusives sur l’écran de l’appareil. « Le risque que l’utilisateur associe les annonces indésirables à une application particulière va diminuer », a expliqué Lukas Stefanko, auteur de l’article sur Welivesecurity et expert en sécurité informatique chez ESET.

Rappelons qu'un malware, ou logiciel malveillant, est un terme générique utilisé pour désigner une variété de logiciels hostiles ou intrusifs : virus informatique, vers, cheval de Troie, ransomware, spyware, adware, scareware, etc. Il peut prendre la forme de code exécutable, de scripts, de contenu actif et d'autres logiciels.

J.B.

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome