A quelques heures de la 14ème édition du prix Ebony: Irène Bath (Super-Ebony 2010) fait des révélations


07/12/2012
Irène Bath (Super-Ebony 2010): '' Grâce à ce prix, je suis une femme épanouie et respectée dans mon entourage'' (Ph: D.R)
La 14ème édition de la Nuit de la communication, ou Ebony 2012, aura lieu ce vendredi 7 décembre 2012. A cette occasion, le meilleur journaliste de l'année sera connu et succédera à Irène Bath, Super-Ebony 2010.

A quelques heures de cette célébration, nous avons rencontré notre collègue Irène Bath de L'inter qui n'a pas hésité à donner ses sentiments, tout en exprimant ses inquiétudes. ''C'est toujours un sentiment de joie et de fierté qui m'anime à l'issue du prix Ebony 2010. Supplanter tous ces hommes et femmes du monde des médias pour me retrouver à la tête des journalistes comme la meilleure, c'est vraiment quelque chose d'inédit en ce qui me concerne. Je continue de vivre mon sacre avec beaucoup d'émotion.

Je suis heureuse qu'après plusieurs années de travail, mon talent soit reconnu. J'aimerais ici, dire merci à tous mes chefs et collaborateurs qui m'ont accompagnée dans mon travail. Je n'oublie pas certains partenaires de l'Unjci (Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire) qui ont tenu leurs promesses en me remettant mes différents prix. C'est dommage, mais, le super prix, à savoir la maison, n'a pas encore été livrée. J'attends donc toujours ma maison», a exprime la chef des services Société et Économie dudit quotidien.

La super Ebony 2012 a toutefois précisé que grâce à cette distinction, elle a pu découvrir d'autres horizons en dehors de la Côte d'Ivoire. En l'occurrence l'Europe (la France, les Pays-Bas, la Suisse) et les Etats-Unis (Washington, DC; la Louisiane, le Nevada et l'Illinois). «Grâce à Ebony, on m'a fait la promesse d'une maison que jamais mes maigres économies ne m'auraient permis d'avoir. Une maison que je continue, d'ailleurs, d'attendre. Je suis une femme épanouie et respectée dans mon entourage. J'ai une petite fille de 6 ans qui est fière de sa mère, et qui est prête à suivre mon exemple », a-t-elle dit.

A ses collègues du sexe féminin qui prétendent à ce trophée, elle indique que seul le travail paye. Avant de demander à ces dernières de savoir faire des sacrifices, ''comme dormir tard, parce qu'occupée à rédiger un grand genre. Ne pas hésiter à dépenser de l'argent pour effectuer des voyages à la recherche des informations qui feront la différence. Ma préparation au prix Ebony ne s'est pas faite en une seule année. Partout dans les quotidiens où je suis passée, j'ai commencé déjà à me mettre dans les dispositions du prix, jusqu'à ce que mon arrivée au Groupe Olympe soit payante''.

Irène Bath, faut-il le noter, a fait ses premiers pas à l'hebdomadaire ''Mousso d'Afrique'', Dernières Nouvelles d'Abidjan (DNA). Puis au quotidien d'informations générales ''24 heures''. Avant de collaborer dans des magasines tels que ''Fraternité Matin Industrie'' et ''Le Partenaire''. Depuis lors, elle travaille au Groupe Olympe, précisément au quotidien L'inter, comme chef des services Société et Economie. ''J'exprime ici, mes sincères gratitudes à feu, le Pdg du Groupe Olympe (Soir Info, L'inter et Star Magazine), Nady Rayess, qui voulait ainsi récompenser mon mérite'', conclut-elle.

Claude DASSE

Claude Dassé

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

 

Videodrome