La Fondation ATEF OMAÏS, au secours des plus vulnérables depuis 2009


Dans le cadre de la réalisation de son mandat et de ses missions, la Fondation ATEF OMAÏS (FATOM) s’est illustrée en particulier au cours de la période 2009- 2015 par la construction et la réhabilitation de nombreuses infrastructures scolaires et sanitaires.

Au sortir de la crise 2011, 36% des infrastructures médicales et scolaires ont été endommagées sinon détruites pendant les 10 années précédentes.

La croissance démographique se poursuivant (avec un taux de croissance de 2,6% en 2014 - source RGPH 2014), les besoins se multiplient tout en se faisant ressentir au quotidien.

En effet, la Côte d’ivoire malgré les efforts remarquables accomplis ces quatre dernières années, doit faire face sur le plan de la santé à : i) une mortalité maternelle toujours élevée (614 décès pour 100 000 naissances vivantes) traduisant ainsi une insuffisance de la couverture en soins obstétricaux, en soins nutritionnels, une insuffisance dans la prévention et la prise en charge des cas de complications survenant lors de la grossesse, de l’accouchement et du post partum ; ii) l’enregistrement de 15 000 nouveaux cas de cancers par an (dont 25,2% de cancer du sein et 23% de cancer du col de l’utérus) ne disposant pas de centres spécialisés dans le traitement des malades atteints de ces pathologies et; iii) au faible ratio du personnel de santé par population (1,3 personnel pour 1000 habitants contre 2,5 recommandé par l’OMS) et son inégale répartition sur le territoire ivoirien (près de 40% des personnels résident dans la région des Lagunes – Source DSRP 2009-2013).

Au niveau de l’éducation et dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique de Scolarisation Obligatoire (PSO), 5 992 042 enfants âgés de 6 à 16 ans seront concernés d'ici 2025. Le Gouvernement devra faire face à de nombreux défis parmi lesquels: la couverture nationale en infrastructures scolaires(un besoin de 10 000 salles de classe par an), l'amélioration de la qualité du système éducatif et son efficacité en vue d’accroître les taux bruts de scolarisation (en 2014, au préscolaire: 6, 9% au primaire : 94,7%, au secondaire premier cycle : 50,8% et au second cycle : 25,5%), les taux de réussite aux examens, mais surtout la lutte contre la déscolarisation.

L'État devra aussi améliorer l'offre d'enseignement professionnel et technique afin d’accueillir les jeunes et déscolarisés et de les doter de qualifications répondant aux besoins du marché du travail permettant ainsi leur insertion socio-professionnelle (Etude FATOM/ Ministère de la Formation professionnelle, de … 2015). Cet effort devra se poursuivre sur le préscolaire et l'alphabétisation tout en mettant l’accent sur les catégories défavorisées (le taux d’analphabétisation actuel est de 44,7% - source Unesco).

Au vu de ces indicateurs, la Fondation ATEF OMAIS s’associe aux efforts du gouvernement pour répondre aux besoins des plus vulnérables dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

Ainsi depuis sa création en 2009, elle a réhabilité et équipé 13 structures sanitaires (maternités et centres de santé, fréquentées annuellement par 32 000 femmes et filles et où sont assistées 21 600 naissances) et 6 blocs opératoires (4 de gynéco-obstétriques et 2 blocs de stomatologie-ORL). 6 campagnes d’opérations gratuites des pathologies maxillo-faciales (3 en Côte d’Ivoire et 3 dans la sous région) ont été financées par la FATOM et ont permis de redonner le sourire à 267 personnes. 10502 femmes dépistées au cours de 3 campagnes de lutte contre le cancer du col de l’utérus et 8000 autres sensibilisées sur le cancer mammaire (Grand-Lahou, Toumodi et Yamoussoukro), 1912 personnes vaccinées, sans oublier des prises en charges individuelles de patients pour le traitement de pathologies particulières.

Dans le domaine de l’éducation, ce sont 222 salles de classe (accueillant plus de 15 000 élèves) qui ont été rénovées/construites et équipées dans les villes de : Daloa (Lycée Moderne Ahmad Khalil), Sassandra (EPC garçons et filles, le foyer de jeunes filles), Abidjan (CACE de Bingerville, Groupe scolaire Anoumabo, Groupe scolaire Aliodan, EPP Gbégbouto), Abengourou (Groupe scolaire EECI). La FATOM a également distribué 3770 kits scolaires, 5254 ouvrages scolaires et universitaires ainsi que des matériels et équipements (20 ordinateurs, 3 imprimantes, 20 onduleurs, etc.).

Toutes ces actions menées par la FATOM au bénéfice des populations vulnérables ont été financées par un réseau d’entreprises, de particuliers, et d’institutions multilatérales partenaires et solidaires, pour un coût total de 1 678 609 790 FCFA TTC (dont 302 149 762 FCFA de TVA).

Pour 2016-2020, le programme de réalisation et les perspectives qu’offre la FATOM sont encore plus importants (dès 2016 démarrage de la construction: i) d’un lycée à base 7 comportant : un internat, une cantine, une bibliothèque, etc. à Gagnoa et; ii) de maternités et d’écoles dans de nombreuses régions sans oublier la construction de lycées de jeunes filles et de centre de vie).

Atteindre l’émergence, implique la participation de tous les acteurs et en particulier ceux de la société civile et du secteur privé, pour ce dernier, premier bénéficiaire d’une croissance économique retrouvée. Mais sa contribution à la prise en charge des plus vulnérables n’aura de véritables effets que s’il bénéficie en retour de dispositions fiscales l’encourageant à accompagner les efforts et les investissements du gouvernement qui dans le long terme viendront inéluctablement à s’amenuiser, principalement en raison d’une croissance démographique difficilement maitrisée.

Ces dispositions, déjà contenues dans le Code Général des Impôts et portant sur la défiscalisation du don devront être soutenues et faire l’objet d’une meilleure lisibilité et connaissance de la part de toutes les parties prenantes.

 

 

Fondation ATEF OMAÏS, aimer c’est partager.

www.fatom.org - www.aniama.net - www.akwaba.fatom.org

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte