Hypertension artérielle: La Côte d’Ivoire enregistre un taux de prévalence de 33,4%

Comment éviter ce tueur silencieux
18/05/2015
La ministre de la Santé, Raymonde Goudou, appelle les populations à un contrôle régulier de leurs tensions artérielles. (Photo d'archives)
L’hypertension artérielle continue de faire des victimes au sein de la population. « La prévalence de cette maladie, qui constitue à ce jour 75 % des consultations de l'Institut de cardiologie d'Abidjan (Ica), est estimée à 33,4% », a indiqué le ministère de la Santé et de la lutte contre le Sida (Msls).

C'était dans le cadre des journées d’informations sur le mode de prévention, l’intérêt du dépistage et la prise en charge précoce organisées le Programme national de prévention des maladies non transmissibles, les 14, 15 et 16 mai 2015, dans les directions départementales de la santé de Dimbokro, Daoukro, Bongouanou et M’Bahiakro. Le thème de l'édition 2015 est : « Chaque famille 1 tensiomètre, tous pour l’auto surveillance de la tension artérielle ».

Selon la ministre de la Santé, Raymonde Goudou, le choix de ce thème traduit la volonté du gouvernement d'interpeller les populations sur l'ampleur de cette affection, la gravité de ses complications, et fournir des informations sur son mode de prévention, l’intérêt de la détection et de la prise en charge précoces. Pour Raymonde Goudou, la prévention de cette pathologie chronique évitable passe par certaines mesures liées au mode d’alimentation et de vie. Il faut éviter la consommation excessive de sel en limitant la ration journalière à moins de 5 grammes équivalant à une cuillère à café ras, et la limitation au strict minimum de la consommation d’alcool. Il est conseillé de manger moins gras, de consommer au moins 5 fruits et éviter le tabac. Par ailleurs, il est conseillé d'éviter le stress et l’usage excessif des décongestionnants nasaux, tout en consommant avec modération les bonbons contenant de la réglisse. Ces mesures doivent être appuyées par le contrôle de la tension artérielle tous les 6 mois, sinon une fois par an, dans un cabinet médical, de même que la pratique sportive régulièrement, au minimum 30 mn, a exhorté la ministre.

C'est pourquoi, en plus de la campagne de dépistage gratuit de l’hypertension artérielle, des conférences sur les thèmes : « Comment pratiquer l’activité physique pour prévenir l’hypertension artérielle et les autres maladies chroniques », « Des marches sportives et des séances fitness populaires » ont mis l’accent sur les dangers de la sédentarité, qui expose aux maladies cardiovasculaires.

Les conférenciers ont exhorté à la pratique quotidienne d’une activité physique d’intensité modérée, au moins 30 mn, pendant 05 jours par semaine, pour assurer une protection de la santé. N'empêche que des précautions minimales soient prises avant toute pratique régulière. A partir de 40 ans, un examen clinique normal et un électrocardiogramme ( Ecg) sont recommandés. Ce bilan minimum doit être répété tous les ans. Par ailleurs, chez le sujet souffrant d’hypertension artérielle, un suivi par le cardiologue est recommandé ainsi qu'un Ecg qui doit être complété par un Echocardiogramme en cas d'anomalie.

Marcelle AKA (Sercom Msls)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Marcelle Aka

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

 

Videodrome