L’économiste de la santé en Afrique : Quel rôle dans le fonctionnement des systèmes de santé ?


Dr F. Adoh Adoh, économiste de la santé, administrateur civil, dans cet article, apporte un éclaircissement sur le rôle de l'économiste de la santé dans le fonctionnement des systèmes de santé en Afrique.

Le rôle de l’économiste de la santé dans le fonctionnement des systèmes de santé est mal perçu en Afrique. On le confond souvent à un comptable ou financier, si bien que ses compétences sont mal exploitées. Le présent article a donc pour but d’apporter des éclaircissements sur cette fonction.

En effet, le concept d’Economie désigne la manière dont les hommes vivant en société s’organisent pour produire les biens et services destinés à la satisfaction de leurs besoins. La santé constitue un des besoins prioritaires de l’homme. Celle-ci se définit selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms) comme un état complet de bien-être social et mental et ne consiste pas seulement en une absence de maladies ou d’infirmités. Par ailleurs la santé constitue un droit tel que prévu par la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen. Chaque Etat s’engage donc à garantir ce droit à travers sa constitution par la création et l’organisation d’un système de santé efficient et efficace.

Cependant quels besoins faut-il satisfaire en priorité ? Comment produire les biens et services médicaux nécessaires ?   A quel coût pour la société toute entière ? Pour chaque habitant ? Comment assurer la maîtrise des dépenses de santé ? Comment assurer l’adéquation entre l’offre et la demande de santé ? Ce sont là, entre autres, quelques axes d’intervention de l’économiste de la santé.

L’Economie politique de la Santé vise donc l’étude de l’offre et de la demande de santé afin de garantir une meilleure santé aux populations par la réalisation d’un équilibre entre offre (production) et demande (consommation) au moindre coût pour la collectivité et pour chaque habitant. C’est donc une branche de l’économie politique ou de la science économique, spécialisée dans les études de production, de distribution, de consommation des biens et services médicaux, de financement des dépenses de santé, de contrôle des coûts, etc.

Alors, comment se réalise donc l’équilibre entre l’offre et la demande de santé ? En effet, le marché des biens et services médicaux n’est pas un marché comme les autres (par exemple marché des produits alimentaires ou de vêtement). Ici, le client ou consommateur ne peut décider seul du bien et service à consommer. Il a presque souvent recours au producteur de soins (médecin) pour pouvoir choisir le bien ou service à consommer. De ce fait l’équilibre ne peut s’obtenir selon les mécanismes traditionnels du marché, c’est-à-dire la loi de l’offre et de la demande. D’où la nécessité d’une intervention de l’Etat par la Planification.

Il s’agit, après une analyse situationnelle (études épidémiologiques et démographiques), de recenser les besoins de santé des populations, de procéder à la détermination des besoins prioritaires en fonction de critères basés sur la Rationalisation des Choix Budgétaires, de fixer les programmes d’actions sanitaires et de leur mise en œuvre. Ces actions pouvant être médicales ou non médicales. En effet l’équilibre économique selon l’économiste Walras correspond à une situation dans laquelle l’offre est égale à la demande. C’est donc une situation dans laquelle les différentes forces économiques en présence se compensent et se neutralisent. C’est-à-dire une situation de santé parfaite.

Par ailleurs, la planification pour être efficace devra être suivie d’une évaluation permettant de mesurer le degré de réussite ou d’échec du programme et d’envisager les actions correctives nécessaires (par exemple par sondage auprès des ménages sur le pourcentage des utilisateurs éventuels des moustiquaires imprégnées dans le cadre de la lutte contre le paludisme).

La fonction d’étude de l’offre et de la demande de santé est également nécessaire pour éviter le gaspillage de ressources : matérielles, humaines et financières. En effet, l’offre doit être adaptée à la demande de santé en quantité et en qualité. Par exemple dans la plupart des pays (développés ou en voie de développement), la planification des ressources en personnels, équipements lourds et des infrastructures sanitaires se fait selon des ratios comme le nombre de médecins/habitants, le nombre de lits/habitants, etc.

Enfin l’apport de l’économie de santé à la recherche de solutions aux problèmes de santé actuels dans les pays développés ou en développement est donc considérable. D’ailleurs, à mon avis, aucun secteur d’activité dans le monde actuel ne peut échapper à l’analyse économique. C’est pourquoi les pays en développement ont intérêt à intégrer la dimension économique dans leur stratégie de développement de la santé publique et donc de développement tout court.

En effet, face aux problèmes de financement des dépenses de santé dans tous les pays du monde, en raison du coût de plus en plus élevé de la santé, au point d’absorber la quasi-totalité du revenu national au détriment des autres postes de dépenses comme l’alimentation et l’éducation nationale, la défense nationale etc. , l’intervention de l’économiste de la santé est plus que nécessaire dans la définition ou choix des politiques de santé.

Aussi, le contrôle des coûts devient de plus en plus récurrent eu égard à la complexité des problèmes de production et de gestion pour garantir l’efficacité des dépenses de santé et donc l’amélioration des résultats de santé. C’est le domaine de l’audit et du contrôle de gestion qui exige plus encore des compétences économiques et financières.

Compte tenu de ce qui précède, on peut dire que le rôle de l’économiste de la santé dans le fonctionnement des systèmes de santé, n’est donc pas superflu, comme on peut le penser dans la plupart des pays d’Afrique.

 

Dr F. Adoh Adoh

Economiste de la santé, administrateur civil.

Diplômé de Sc. Po de Lyon, Maîtrise Aes.

Ex. Professeur d’Economie de la santé dans les universités de Bouaké et de Cocody, filière de Sociologie de la santé.

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte