Un pasteur ivoirien jeté en prison en Guadeloupe


09/09/2012
Pour le pasteur Kouaménan, sa chaine de télévision serait à l'origine de ses malheurs (Ph. DR)
Le pasteur Marcel Kouaménan serait aujourd'hui l'un des pasteurs évangélistes d'origine africaine jouissant d'une bonne assise financière en Europe et aux Antilles. Et c'est cette position sociale qui lui cause tous ses ennuis. Depuis 2009, ce dernier a été arrêté en même temps que huit (08) membres de son ministère, dont sa femme, pour un délit que ses accusateurs ont du mal à prouver.

Après trois ans d'incarcération au centre pénitencier de Baie-Mahault, rapporte le quotidien «Le Journal chrétien», le parquet de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) vient de prononcer un non-lieu. Le «Ministère de l'évangile» dans laquelle officie le pasteur Pentecôtiste Marcel Kouaménan, un Ivoirien de 35 ans, comme la plupart des églises, vit de ''dîmes et d'offrandes'' pour faire face aux besoins et charges de la communauté.

Avec ses dons de guérison et de prédiction, le pasteur a gagné en notoriété, de sorte qu'il a agrandi son ministère en créant des paroisses dans plusieurs pays d'Europe, en Martinique et en Guyane. Le tout chapeauté par une chaîne de télévision dénommée CGN (Christ pour la guérison des nations). Les choses partaient sur des roulettes, pour ainsi dire.

Malheureusement, en janvier 2009, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), en collaboration avec le Groupe d'intervention régionale (GIR), va organiser une vaste opération dans toutes les paroisses du « Ministère de l'évangile », sur plainte d'une dame persuadée que sa fille a été spoliée de ses biens.

Pour les autorités policières, les fonds recueillis dans ledit ministère n'étaient pas utilisés au bénéfice de l'église, mais pour le compte du pasteur qui s'en servait dans des dépenses de prestige. Pis, sa femme menerait une vie de pacha. Raison pour laquelle il a été inculpé pour ''abus de confiance, abus de faiblesse et blanchiment d'argent''. Coût total du préjudice, 800.000 euros ; soit environ 450 millions de fcfa.

En outre, il est reproché au pasteur ivoirien d'avoir usé de ''pratiques psychologiques d'endoctrinement'' pour extorquer des fonds à ses fidèles. Jeté en prison depuis le 24 mars 2009, Marcel Kouaménan pourrait recouvrer la liberté les jours à venir. Le procureur de la République requiert que le juge d'instruction prononce un non-lieu et ''d'ordonner la restitution des biens saisis ainsi que la mainlevée sur ses comptes bancaires bloqués''. Le tribunal va-t-il suivre le parquet ? Les jours à venir nous situeront.

G. DE GNAMIEN

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

G de Gnamien

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

 

Videodrome