Traqués et chassés de Koumassi : Les ‘’gnambros’’ fuient Bacongo et se réfugient chez Aby Raoul


11/09/2019
Traqués et chassés de Koumassi : Les ‘’gnambros’’ fuient Bacongo et se réfugient chez Aby Raoul
Photo d'illustration

Ils sont décidés à ne pas quitter le milieu du transport. En tout cas, dans la partie sud du district d’Abidjan, ils continuent de faire la loi dans les gares routières créées de façon anarchique à des carrefours stratégiques. Eux, ce sont les ‘’gnambros’’, ces jeunes désœuvrés qui s’adonnent au racket des chauffeurs des véhicules de transport en commun tels que les taxis intercommunaux appelés ‘’woro-woro’’ et les minicars ou ‘’Yass’’ et instaurent un climat de terreur au sein de ces gares routières. 

 

Dans la commune de Koumassi, le maire Cissé Ibrahima Bacongo a engagé une traque sans merci contre ces jeunes délinquants qui régnaient en maîtres sur la gare des ‘’woro-woro’’ située à la porte d’entrée de la commune, c’est-à-dire le grand carrefour. Avec le concours des forces de police et de gendarmerie, la traque a permis d’interpeller plusieurs dizaines de gnambros (dont certains ont été déférés devant la justice) et de saisir de la drogue et des armes blanches (couteaux et machettes).

Depuis lors, l’espace de la gare désormais dégagé est placé sous la surveillance de la police et de la gendarmerie. La commune respire mieux. Toutes les personnes qui accèdent à Koumassi, par le grand carrefour le ressentent. Elles notent avec satisfaction le travail abattu par le maire Cissé Bacongo et sa détermination à assurer la quiétude et la sécurité à ses administrés.

Les ‘’gnambros’’, tant bien que mal, tentent de reconquérir l’espace d’où ils ont été déguerpis. Mais c’est peine perdue parce qu’en plus des forces de l’ordre qui veillent au grain, de jour comme de nuit, la mairie a installé des rambardes le long de la désormais ancienne gare de woro-woro. Les ‘’gnambros’’ qui refusent de s’avouer vaincus ont alors trouvé la parade. Ils se sont retrouvés de l’autre côté du boulevard, sur le territoire communal de Marcory, précisément à l’entrée de la Zone 4. C’est que depuis quelque temps, une gare anarchique, comme celle qui a été déguerpie du côté de Koumassi, est née. Les chauffeurs de woro-woro s’y sont déportés. Les ‘’gnambros’’ aussi. Pour l’heure, aucun affrontement à la machette, comme c’est souvent le cas entre eux, n’a été signalé.

Par contre, il s’est installé dans les environs, un climat d’insécurité depuis leur présence en ces lieux. La zone est en effet mal éclairée. Une situation qui arrange bien de délinquants. Deux jeunes filles, en stage dans une entreprise située dans les environs racontent avoir échappé à une agression, il y a quelques jours de cela. Trois jeunes délinquants ont voulu s’en prendre à elles. Elles n’ont dû leur salut que grâce à leurs jambes qu’elles ont mis à contribution, pour leur échapper.  Vivement que le maire de la commune de Marcory, Aby Raoul emboîte le pas à son collègue de Koumassi, pour lui aussi fermer cette gare anarchique et bouter les gnambros hors de sa commune.

 

Franck SOUHONE

Franck Souhoné

|

  • SOURCE: L'inter
Pétition LIBAN (2)

1 | 2

 

Videodrome