Grève dans le secteur de la Santé : Descente de forces de l’ordre au Chu de Treichville, les activités arrêtées pendant des heures

Les grévistes : « Nous n’avons plus d’interlocuteurs.»
13/11/2019
Grève dans le secteur de la Santé : Descente de forces de l’ordre au Chu de Treichville, les activités arrêtées pendant des heures
Le CHU de Treichville a été mouvementé

Des agents de santé issus de la plateforme des syndicats de la santé ont entamé, depuis le lundi 11 novembre 2019, une grève. Cet arrêt de travail qui durera trois jours, a été particulièrement tendu le premier jour, ce lundi, au Chu de Treichville où les responsables des syndicats ont parcouru les différents services, pour faire arrêter le travail. Peu après 9h, certains services avaient arrêté sans service minimum. Des parents de malades, qui n’avaient plus d’interlocuteurs au niveau des services des entrées, avaient occupé les sièges. À 9h50mn, la menace des grévistes se faisant très sérieuse, la quasi-totalité des services connaissaient des perturbations. Le Chu était paralysé.

Les responsables dudit établissement sont informés de la situation inquiétante dans laquelle se trouve le Chu. Les forces de l’ordre, notamment les policiers du 4e arrondissement ainsi que des gendarmes débarquent sur les lieux. Les responsables grévistes, qui étaient sur place, se mettent à l’abri pour, disent-ils, éviter d’être arrêtés.

Avec la présence des forces de l’ordre, les responsables administratifs convainquent les travailleurs de reprendre. C’est ce qui est fait. En revanche, selon Koffi Narcisse, l’un des porte-paroles de ces grévistes, « la grève est suivie à 70% ici (chu de Treichville). Nous n’avons plus d’interlocuteurs. La tutelle (ministère de la Santé et de l’Hygiène) ne nous propose rien, si ce ne sont que des menaces », nous a-t-il confié. Même son de cloche pour Hubert Kpansaï, un autre organisateur qui soutient qu’à Bouaké, à Divo et à Daloa, les centres de santé sont paralysés.

Pour lui, le Chu de Cocody et celui d’Angré sont à cent pour cent paralysés. Mais dans ces établissements sanitaires, nous avons constaté que plusieurs agents étaient à leur poste.

Si ces grands établissements sanitaires ont été perturbés, ceux de premier contact fonctionnaient normalement à notre passage. Surtout à Koumassi, Marcory et Port-Bouët.

Cette grève de trois jours reconductible, selon les organisateurs, a été lancée pour réclamer de meilleures conditions de travail et de vie.

 

M’BRA Konan

M'Bra Konan

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2