Samuel Eto’o : « On m’a critiqué parce que j’ai rencontré le président Alassane »

« Moi, je ne suis pas d’un camp, j’appartiens à l’Afrique »
10/09/2019
Samuel Eto’o : « On m’a critiqué parce que j’ai rencontré le président Alassane »
Samuel Eto'o Fils heureux en compagnie du chef de l'Etat, Alassane Ouattara

Lors de son récent séjour en République démocratique du Congo (RDC), Samuel Eto’o Fils est revenu sur ses rapports avec certains chefs d’Etat et personnalités de l’Afrique, et les différents commentaires sur ses affinités avec ces autorités.

En marge de son récent séjour en République démocratique du Congo, Samuel Eto’o Fils qui a décidé de mettre un terme à sa carrière de footballeur s’est prononcé sur certaines de ses sorties publiques avec des chefs d’Etat d’Afrique. Il a révélé avoir été critiqué parce qu’il s’est affiché avec ces autorités. On lui prête même des intentions politiques. En tout cas, on dit pas mal de choses.

Le footballeur à la retraite a fait savoir qu’il a été critiqué parce qu’il a rencontré le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, et d’autres chefs d’Etat. « On dit beaucoup de choses. On m’a critiqué parce que je suis très proche de mon grand frère Ali (Ali Bongo, président du Gabon: ndlr), on m’a critiqué parce que j’ai rencontré le président Alassane (Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire : ndlr), on m’a critiqué parce que j’ai rencontré le président Blaise Compaoré (ex-président du Burkina Faso : ndlr) », a-t-il confié aux confrères RFI et Vox Africa, dans une émission enregistrée à Kinshasa, lors de son récent séjour.

Samuel Eto’o a précisé qu’il n’appartient à aucun camp, mais à l’Afrique. « Moi, je ne suis pas d’un camp. J’appartiens à l’Afrique ». Et d’ajouter que sa présence aux côtés de ces autorités n’a rien de politique. Elle devrait plutôt pousser les jeunes à faire comme lui. « Si je faisais quelque chose, je n’allais pas me montrer devant tout le monde. Ces aînés qui me reçoivent, Alain (Alain Foka, journaliste de RFI : ndlr), il fau voir d’où je pars. Je pars de Vogada, de New Bell ! Qu’un chef de l’Etat prenne de son temps pour recevoir le petit garçon de New Bell et Vogada, ça crée des rêves. Ça veut dire qu’ils peuvent faire comme moi, voire mieux. C’est ce que moi, je retiens »

Au cours de la même émission, Eto a fait savoir que son soutien à l’actuel chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, lui a aussi valu des critiques. Et que dans tous les cas, il aurait été critiqué. « Mais si tu fais, on te critique, si tu ne fais pas, on te critique », a-t-il souligné.

Pour rappel, Samuel Eto’o Fils a été reçu en audience par le Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM Alassane Ouattara. C’était le vendredi 16 mai 2014. Ce jour-là, le Camerounais était accompagné par le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, à l’époque ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et de la Sécurité.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte