Côte d'Ivoire

Qui peut être candidat aux élections municipales et régionales. Comment ?

Les explications de la CEI
23/08/2012
En prélude aux élections municipales et régionales, le personnel technique et administratif de la Commission Electorale Indépendante (CEI) a été formé, le jeudi 23 août 2012.

Le jeudi 23 août 2012, le personnel technique et administratif de la Commission Electorale Indépendante (CEI) a été formé, en prélude aux élections municipales et régionales, sur le thème : « les modes de scrutin », à l’initiative du président de cette Institution, Youssouf Bakayoko. Son Vice-président Sourou Koné, qui le représentait, a expliqué que par de telles formations la Commission entend se donner les moyens d’affronter avec assurance les défis futurs. « Une élection est une matière qu’on croit maitriser mais en réalité il y’a toujours quelque chose de nouveau à apprendre », a-t-dit. Chargé également des opérations électorales, il a rappelé que les élections municipales et régionales seront couplées.

La responsabilité de cette formation est échue à Issaka Souna, Directeur de la Division de l’assistance électorale de l’ONUCI et Bayoro Dagrou Salomon, Préfet hors grade et Commissaire à la CEI. Ce dernier a fait savoir que, conformément aux articles 109 et 110 du Code Electoral, tout ivoirien âgé de 25 ans révolus, ayant la qualité d’électeur, peut être candidat au Conseils régionaux. En plus pour faire acte de candidature, l’électeur doit être inscrit sur la liste électorale de la circonscription choisie et résider effectivement dans la région concernée, a-t-il signifié.

Toutefois, il a fait savoir que, selon le texte, les électeurs qui ne résident pas dans la région peuvent être éligibles s’ils y ont des intérêts économiques et sociaux certains. Des dispositions qui s’appliquent également aux candidats aux Conseils municipaux, a ajouté M. Bayoro Dagrou Salomon. Il a fait quelques précisions affirmant que c’est après 2000 que les élections locales se font au suffrage universel direct et au scrutin de liste proportionnel et majoritaire à un tour sur les listes complètes sans vote préférentiel ni panachage. Ce qui veut dire que la liste qui recueille le plus de suffrage exprimés obtient la moitié des sièges à pourvoir. L’autre moitié, a-t-il dit, est repartie entre toutes les listes y compris la liste majoritaire, à la proportionnelle et au plus fort reste. Il en sera de même pour les Conseils Régionaux.

Cependant, il a mentionné que la loi ne fait pas obligation à la CEI de faire de nouvelles élections pour remplacer le titulaire des Conseils municipaux ou régionaux lorsque que celui-ci décède comme c’est le cas pour les législatives. Avant, M. Issaka Souna a présenté les généralités sur les systèmes électoraux existants dans le monde.

Source: Sercom

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome