Journées de concertation nationale Le Pdci et le Rhdp boudent l’initiative du Pr Urbain Amoa


23/07/2019
Journées de concertation nationale Le Pdci et le Rhdp boudent l’initiative du Pr Urbain Amoa
L'initiateur des journées de concertation, le professeur Urbain Amoa, recteur de l'Uclm (Ph DR)

L’Université Charles Louis de…Montesquieu (Uclm) a ouvert, le jeudi 18 juillet 2019, dans ses locaux sis à Abidjan Cocody-Mermoz, les assises réflexions pour la recherche de la paix et la cohésion sociale, dénommées ‘’Journées scientifiques de concertation nationale’’, autour du thème : « Culture africaine, culture de paix : mécanismes et stratégies de maintien d’une paix permanente en Côte d’Ivoire ».

Les principales formations politiques du pays, à savoir le Pdci, le Rhdp, le Pit…, ont été invitées à ces journées. Seul le Fpi a répondu présent. Le président de ce parti, Pascal Affi N’guessan, était représenté par une forte délégation conduite par le secrétaire général, Issiaka Sangaré. Ce dernier a rappelé la volonté du Fpi de s’inscrire dans la démarche de concertation pour la recherche de la paix et de la cohésion sociale. « Nous ne nous débinons pas quand de telles initiatives sont mises en œuvre. Le Fpi, parti de gauche, parti fortement attaché à la rhétorique et à l’intelligence, ne peut pas être absent dans ce genre de cas », a déclaré M. Sangaré.

Se félicitant de cette journée scientifique qui se veut un espace de diagnostic du climat sociopolitique, Issiaka Sangaré a fait connaître ses appréhensions sur le climat sociopolitique, à 15 mois de la présidentielle de 2020. Selon lui, seules des rencontres de concertation telles que celles organisées par l’Uclm, peuvent chasser les démons de la division et les oiseaux de mauvais augure. «Chacun se pose des questions par rapport à 2020. Nous avons conscience que ce qui va faire en sorte que l’environnement soit un environnement de participation, ce serait la concertation. Nous souhaitons que vous puissiez continuer de nous regrouper pour penser non seulement à la Côte d’Ivoire, mais aussi de penser à la réconciliation nationale», a conseillé Issiaka Sangaré, au professeur Urbain Amoa, recteur de l’Uclm et initiateur de ces rencontres. Celui-ci, dans son discours introductif, a rappelé à l’assistance que déjà en 1977, face à la gabegie, à l’enlisement du climat social, des grincements de dents fusant des populations et à la prévarication de certaines personnalités politiques, un vent avait soufflé sur la Côte d’Ivoire.  L’universitaire constate que le climat social est à nouveau en ébullition. «Les questions principielles interpellent la conscience des peuples, qui invitent à des analyses et à des réflexions à puissance de suggestions constructives. Ni les insultes ou le vulgaire de certains élus, ni la bouffonnerie ni les tentatives d’humiliation ne peuvent nous éloigner des risques de négation de la personnalité de la personne humaine », a-t-il interpellé. Pour Amoa Urbain, l’intelligentsia ivoirienne, l’université et la Société civile doivent voler au secours de la cité. C’est ce qu’il essaie de faire. L’invité spécial de ces journées, Daniel Kedem, ancien ambassadeur d’Israël en Côte d’Ivoire, a présenté le fonctionnement de son pays, qui a misé sur les ressources humaines pour compenser son insuffisance en ressources naturelles. Le diplomate israélien a exhorté les autorités ivoiriennes à ne pas rejeter les personnes du 3è âge qui sont encore valides, parce que leurs expertises sont indispensables pour la construction d’une nation.

 

Franck SOUHONE

Franck Souhoné

|

  • SOURCE: L'inter
Pétition LIBAN (2)

1 | 2

 

Videodrome