En Europe depuis plusieurs mois : Soro prépare une crush party à Bruxelles, la date probable de son retour à Abidjan


22/11/2019
En Europe depuis plusieurs mois : Soro prépare une crush party à Bruxelles, la date probable de son retour à Abidjan
L’ancien président de l’Assemblée nationale se trouve toujours en Europe où il mène des activités politiques.

La longue séquence européenne de Guillaume Kigbafori Soro se conjugue en tweets, lobbyings et...crush party. Dans sa publication mise sur le marché, ce mercredi 20 novembre 2019, La lettre du Continent apprend que l’ancien président de l’Assemblée nationale, candidat déclaré à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, souhaite se rendre d'ici à fin novembre à Bruxelles (Belgique) pour une crush party.

L’expression « crush party » s’applique à un format de rencontres dans lesquelles s’est un peu spécialisé Guillaume Soro. L’ancien leader étudiant réunit, dans une salle, de manière périodique, ses partisans, le plus souvent des followers. Le député de Ferké répond, à ces occasions, à toutes sortes de préoccupations de la part des invités. La « crush party » est plutôt proche d’une conférence publique. Et c’est ce type de rencontre que l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo puis d’Alassane Ouattara entrevoit dans la capitale belge. S’il parvient à tenir ce rendez-vous, il s’agirait, pour Guillaume Soro, de la quatrième crush party en deux mois, après les étapes de Valence en Espagne (12 octobre), de Milan en Italie (3 novembre), et de Londres en Angleterre (9 novembre).

Quid de son retour sur les bords de la lagune Ebrié ? La question est d’autant plus poignante que l’intéressé, hors de Côte d’Ivoire depuis environ six mois, a annoncé, à de multiples reprises, son retour au pays. Le bimensuel spécialisé dans les informations confidentielles mentionne que Guillaume Soro devrait rejoindre Abidjan à la mi-décembre.

A l’étape de Valence, samedi 12 octobre, la question avait été posée par un journaliste, à M. Soro, de savoir si son long séjour européen n’était pas un exil qui ne dit pas son nom. « Je suis venu en Europe pour m'organiser tactiquement, stratégiquement par rapport au Gps. J'ai travaillé pour organiser 2020. Une fois que je finis l'Europe, quand je viens à Abidjan, c'est pour m'organiser pour ne plus quitter Abidjan. Je vais aller dormir dans les villages jusqu'en 2020. Il n'y a pas d'exil dans mon destin. Je vais rentrer à Abidjan », s’était défendu Guillaume Soro. A Milan, samedi 3 novembre, la question sur son retour en Côte d’Ivoire, a été de nouveau évoquée. Le député de Ferké, un brin agacé, a réagi : « je suis maître de mon agenda. Si je veux rentrer demain, je rentre. Si je veux rentrer après Londres, je vais rentrer ».

S’il entend effectivement briguer la magistrature suprême, Guillaume Soro devra bien rentrer en Côte d’Ivoire. Le président de Générations et peuples solidaires (Gps) en est certainement conscient.

 

Kisselminan COULIBALY

 

 

 

1 | 2