Élections en Côte d'Ivoire : Jean-Yves Dibopieu propose que leur organisation soit confiée aux religieux


21/01/2020
Élections en Côte d'Ivoire : Jean-Yves Dibopieu propose que leur organisation soit confiée aux religieux
La présidence de l'Aret sera assurée par an et à tour de rôle, détaille M. Dibopieu.

L'ancien leader estudiantin, aujourd'hui président d’Intégrité et conscience nationale (Icon), Jean-Yves Dibopieu, est l'auteur d'une contribution sur la question des élections en Côte d'Ivoire. Il propose la création de l'Autorité religieuse pour des élections transparentes (Aret).

L'organisation des élections en Côte d'Ivoire a une histoire, mais une bien triste histoire. Nous voulons en faire un bref rappel, afin de légitimer notre proposition. En effet, cette histoire commence avec le régime quarantenaire du Pdci, depuis les présidents Houphouët et Bédié. Dans ce système politique, la commission électorale était confondue avec le ministère de l'Intérieur, faisant ainsi de cet organe électoral, à la fois juge et partie. Nous avons encore en mémoire le nom du célébrissime ministre de l'Intérieur, M. Émile Constant Bombet, réputé pour être un « technicien » de l'organisation des élections.

Après la chute du régime Pdci, suite au coup d'État du général Robert Guéi, la Côte d'Ivoire va se doter de sa toute première Commission électorale dite indépendante, dirigée par M. Honoré Guié, nommé par le général. Mais malheureusement, les présidentielles, organisées par cette Commission, sont qualifiées de calamiteuses. Enfin, arrive l'épisode de Youssouf Bakayoko, nommé par le président Laurent Gbagbo, suite à son accession au pouvoir en 2000. Nous avons encore en mémoire l'histoire politique de 2010 marquée par le plus grand scandale électoral de notre jeune démocratie.

Au regard de ce qui précède, nous retenons que l'organisation des élections par des présidents de Commission électorale nommés a toujours fait l'objet de grandes polémiques. Car un président nommé ne mérite-t-il pas ou ne veut-il pas mériter sa nomination ? Le débat électoral dans notre pays mérite absolument de retenir l'attention des populations ivoiriennes parce qu'étant généralement prises dans l'engrenage des crises profondes et meurtrières qui découlent de nos élections.

Ainsi, pour une sortie définitive de ces mascarades électorales, nous proposons aux Ivoiriens, notre solution afin de stabiliser pour toujours, le jeu électoral en Côte d'Ivoire. Notre proposition consiste en la création de l'Aret (Autorité religieuse pour des élections transparentes). En d'autres termes, l'organisation des élections doit être désormais confiée aux hommes de Dieu de toutes les confessions religieuses (chrétiens, musulmans, bouddhistes…). Cela implique que toutes ces confessions religieuses soient bien structurées et hiérarchisées avec le soutien de l’État. Les premiers responsables de chaque confession sont choisis pour être membre de l'Aret. La présidence sera assurée par an et à tour de rôle. L’Aret sera institutionnalisée par l’État et les membres percevront un salaire.

Trois (3) raisons sont à l’origine de notre motivation :
1- La tournure que prend l'évolution du monde aujourd'hui, impose à notre pays d'avoir une influence spirituelle sur la gestion de la chose publique.
2- Un homme de Dieu se trouve toujours face à trois juges : le premier juge comme tout homme est d'abord sa propre conscience. Le deuxième juge, ce sont ses fidèles. Le troisième juge, enfin, c'est l'être suprême, Dieu. Un vrai homme de Dieu ne peut donc faire n'importe quoi étant perpétuellement face au tribunal de ces trois juges.
3- Les hommes de Dieu savent que toute autorité vient de Dieu.

Je m'en réfère au livre Saint que je connais le mieux qu'est la Bible. Cette idée est clairement mentionnée dans Romains chapitre 13 verset 1 à 7. Elle est plus explicite dans Daniel au chapitre 4 verset 7, où il est dit que le Très-haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît, même au plus vil. Autrement dit, celui qui gagne une élection, ne la gagne pas par lui-même mais par des prédispositions spirituelles déjà préétablies par Dieu. Par conséquent, aller contre la victoire de celui qui gagne, c'est aller contre la volonté de Dieu. Telle est notre proposition qui repose sur les trois piliers présentés comme les trois raisons afin de sauvegarder la Côte d'Ivoire, notre pays.

N.B : L’Aret (Autorité religieuse pour des élections transparentes) pourrait avoir d’autres prérogatives lui permettant d’intervenir dans des situations, afin d’éviter à la Côte d'Ivoire d’emprunter des pentes susceptibles de plonger le peuple dans la désolation.
Que la paix et la grâce de Dieu soient sur nous.

Jean-Yves Dibopieu
Président d’Icon
(Intégrité et conscience nationale)

N.B. : Les titres sont de la Rédaction

 

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

 

Videodrome