Grâce présidentielle accordée aux prisonniers : Doumbia Major ne veut pas de la libération des détenus pro-Soro, ce qu’il dit du cas Alain Lobognon


09/04/2020
Grâce présidentielle accordée aux prisonniers : Doumbia Major ne veut pas de la libération des détenus pro-Soro, ce qu’il dit du cas Alain Lobognon
Doumbia Major, s'est voulu très critique envers ses ex-collaborateurs (Photo d'archives)

En vue de faire obstacle à la pandémie du Covid-19, le président de la République, Alassane Ouattara a gracié un millier de prisonniers et réduit la peine des prisonniers dont le reliquat de la peine est inférieur ou égal à deux (02) mois. Cette mesure prise par le chef de l’Etat ivoirien ne concerne malheureusement pas les pro-Soro détenus depuis le 23 décembre 2019 et en attente de jugement. Pour Doumbia Major, ex-collaborateur de Guillaume Soro, cela est salutaire vu que ces derniers ont commis des actes allant dans le sens de la déstabilisation de l’Etat de Côte d’Ivoire.

Les détenus pro-Soro vont devoir prendre leur mal en patience. En effet, ils ne sont guère concernés par la grâce présidentielle accordée par le chef de l’Etat aux prisonniers de Côte d’Ivoire. Pour Doumbia Major, ses ex-collaborateurs doivent absolument répondre de leurs actes devant la Justice ivoirienne pour les faits qui leur sont reproché.

« Ces pro-Soro ont tout mis en œuvre pour faire un coup d’Etat. Ce sont des actes graves. Il faut que la lumière soit faite sur cette affaire. Il faut que la vérité soit sue. Que Guillaume Soro vienne répondre de ses actes de blanchiment d’argent et d’atteinte à la sureté de l’Etat.», a martelé Doumbia Major joint au téléphone ce jeudi 9 avril 2020 par Linfodrome.

Poursuivant, Doumbia Major, s’est dit favorable à la libération sous condition ou provisoire des détenus pro-Soro. Sur le cas du député Alain Lobognon, Doumbia Major propose l’amélioration des conditions de détention. Surtout en cette période de Coronavirus.

« Il faut améliorer les conditions afin de respecter les mesures de distanciation sociale. S’il (Alain Lobognon) est malade, il faut le soigner comme tous les Ivoiriens. Cela ne veut pas dire qu’il faut les libérer. On peut les garder chez eux en confisquant leur passeport. Je ne suis pas favorable à leur liberté (pro-Soro). Si les conditions de détention ne sont pas meilleures, il faut les améliorer.», a suggéré Doumbia Major, visiblement très en verve.

Arrêtés le 23 décembre 2019, les détenus pro-Soro n’ont pas encore été jugés par la Justice ivoirienne. Il est reproché à ces derniers d’avoir ‘’Diffusé de fausses nouvelles’’. Il s’agit notamment, des députés Alain Lobognon, Camara Loukimane, Kanigui Soro, Soumaïla Yao et Kando Soumahoro. Ils ont été arrêtés à la suite d’une conférence de presse au siège de Génération peuples solidaires (Gps) à la Riviéra dans la commune de Cocody.

 

 

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2