64ème ANNIVERSAIRE DE LA DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME

Gnénéma Coulibaly: "du travail reste à accomplir pour la protection des droits de l’Homme"


09/12/2012
Mamadou Gnénéma Coulibaly, ministre ivoirien de la Justice et des droits de l'homme. Ph DR
A l'occasion du 64ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme, le lundi 10 décembre 2012, le ministre de la Justice et des droits de l'homme, Mamadou Gnénéma Coulibaly, a, au nom du gouvernement ivoirien, pondu une déclaration dans laquelle il se félicite de l'élection de la Côte d'Ivoire au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, le 12 novembre dernier. Mais, il reconnait que du travail reste à faire pour la satisfaction des populations.


Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes,

Chers amis de la Côte d’Ivoire

A l’instar des pays membres de l’Organisation des Nations Unies, la Côte d’Ivoire célèbre le 10 décembre 2012 le 64ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Au cours des 64 années qui se sont écoulées depuis son adoption, l’on note de réelles avancées dans la volonté des Etats de faire des droits de l'homme une réalité de l'humanité.

Mesdames et Messieurs,

En ce qui concerne notre pays, il n’est pas superflu de rappeler une fois encore, aux Ivoiriens et à la communauté internationale, la place de choix qu’occupe la question des droits de l’Homme au sein du Gouvernement et les diverses actions qu’il a réalisées dans le sens de leur amélioration.

Ainsi, sur le plan international, la Côte d’Ivoire s’est employée, au cours de cette année 2012, à renforcer le dialogue et la collaboration avec les organes des Nations-Unies chargés des droits de l’Homme aux fins d’une plus grande reconnaissance et protection desdits droits.

Aussi, a-t-elle procédé à la ratification de certains instruments internationaux, la production des rapports exigés par les traités et conventions et l’harmonisation de la législation nationale selon les standards internationaux.

Au niveau national, la décision gouvernementale d’introduire dans les curricula de l’enseignement primaire et secondaire « l’éducation aux droits de l’homme et à la citoyenneté » favorisera une meilleure connaissance et une bonne compréhension des valeurs que véhiculent les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme par les citoyens, ivoirien à bas âge.

A n’en point douter, cette disposition contribuera à prévenir, à long terme, les atteintes aux droits de l’homme et à construire une société plus juste dans laquelle le respect de la dignité et de l’égalité de tous les citoyens sera consacré.

L’attachement des hautes autorités ivoiriennes aux droits humains et aux libertés fondamentales, matérialisées par les actions ci-dessus énumérées, ont certainement concouru à l’élection de la Côte d’Ivoire au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies le 12 novembre 2012.

La Côte d’Ivoire, qui a accueilli cette nouvelle avec grande satisfaction, voit dans cette confiance à lui accordée par la communauté internationale un encouragement à travailler davantage pour le respect de la personne humaine sur son sol.

Au-delà de ce bilan succinct, le Gouvernement reconnaît en toute humilité que du travail reste à accomplir pour faire de la protection des droits de l’Homme, une réalité à la mesure des attentes de nos concitoyens.

Aussi, la Côte d’Ivoire reste-t-elle ouverte aux suggestions et recommandations qui pourraient l’aider à renforcer le dispositif de veille, en matière de promotion et de protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Mesdames, messieurs,

Cette année, le thème retenu à l’occasion de la Journée internationale des droits de l'Homme est « Inclusion et droit de participer à la vie publique » et le slogan « Ma voix compte ! ».

Il s’agit là d’un plaidoyer pour renforcer la participation de tous les citoyens et surtout des personnes vulnérables à savoir femmes, jeunes et handicapées à la gestion de la collectivité à laquelle ils appartiennent.

Le développement et l’exploitation du potentiel créatif et intellectuel de cette frange sociale est essentielle pour le maintien des sociétés démocratiques.

C’est pourquoi, le Gouvernement envisage de prendre des mesures nouvelles pour son intégration à la gestion de la vie publique.

Mesdames et messieurs,

En rendant hommage à l’occasion de cette journée, à toutes les personnes qui ont porté la Déclaration Universelle, je veux associer, au nom du Gouvernement, les défenseurs et militants des droits de l’Homme qui œuvrent, quelquefois au péril de leur vie, à défendre la liberté et la dignité humaines.

Le Gouvernement entend renforcer ses relations avec tous ses acteurs pour construire l’armature de la défense des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire.

Mesdames, messieurs,

chers compatriotes,

chers amis de la Côte d’Ivoire,

S’il est avéré qu’il incombe, au premier chef, aux gouvernements de défendre et de protéger tous les droits de l’Homme, il faut reconnaître que chacun d’entre nous, à tous les niveaux de la société qu’il se trouve, a un rôle important à jouer pour faire de la jouissance universelle des droits de l’homme une réalité en Côte d’Ivoire.

Aussi, voudrais-je vous inviter, en ce jour dédié aux droits de l’homme, à nous acquitter ensemble de la responsabilité commune qui nous revient d’assurer le respect des droits, de tous les droits inscrits dans la Déclaration.

C’est de cette façon que nous ferons honneur à l’esprit visionnaire de ce document mobilisateur.

Je vous remercie

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2