Justice internationale: La CPI refuse de libérer Gbagbo

Fatou Bensouda va poursuivre ses enquêtes
12/06/2013
La procureure Fatou Bensouda, promis de poursuivre ses investigations en Côte d'Ivoire aux fins de rassembler des preuves complémentaires contre Laurent Gbagbo.
Pas de libération provisoire pour Laurent Gbagbo. C'est, en tout cas, ce qu'a annoncé le Bureau du procureur de la Cour pénale internationale (Cpi), dans un communiqué rendu public hier, mardi 11 juin.

«En attendant, M. Gbagbo reste placé en détention», a, en effet, indiqué la procureure Fatou Bensouda, qui a par ailleurs promis de poursuivre ses investigations en Côte d'Ivoire aux fins de rassembler des preuves complémentaires. «Nous poursuivons notre enquête en Côte d’Ivoire et nous sommes disposés à présenter des éléments de preuve supplémentaires au moment opportun de la procédure», a-t-elle fait savoir, tout en réaffirmant sa détermination à rendre justice à toutes les victimes de la crise post-électorale. «Nous poursuivrons nos enquêtes au nom de toutes les victimes, quelle que soit leur origine ethnique ou leur appartenance politique», a-t-elle en effet assuré. Elle a, par ailleurs, interpellé les Ivoiriens à qui, elle demande de «garder leur sang-froid» et leur confiance en la justice internationale.

La procureure a également fait état de son intention de faire appel après la décision prise le 3 juin dernier par la Cour de reporter le verdict de l'audience de confirmation des charges. Et cela, afin que soient éclaircis trois points, notamment le niveau de preuve applicable au stade de la procédure de confirmation des charges et surtout la possibilité pour le procureur de modifier les éléments sur lesquels reposent ses accusations.

Ce dernier aspect laisse penser que la procureure de la Cpi n'écarte pas l'éventualité de requalifier les charges jusque-là retenues contre l'ancien chef de l'Etat détenu depuis deux ans à la prison de Scheveningen à La Haye. Rappelons que le lundi 3 juin, la Cpi a reporté le verdict devant sanctionner l'audience de confirmation des charges qui s'est achevée le 28 février. Au motif que les preuves brandies par Fatou Bensouda étaient insuffisantes.

Assane NIADA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Assane Niada

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2