Religion: La dernière position de l'Eglise catholique sur l'avortement

Afrique & Monde
Publié le Source : L'inter
religion-la-derniere-position-de-l-eglise-catholique-sur-l-avortement Le Pape François exhorte tous les fidèles coupables de pratique d'avortement à saisir cette année de la Miséricorde pour se décharger de ce fardeau

L'année liturgique en cours a été décrétée par le Saint Siège « Année de la Miséricorde » au niveau de l’Église catholique. Au cours de cette année, qui a débuté dans ce mois de décembre 2015 et qui prendra fin en novembre 2016, le Pape François a pris une importante décision en ce qui concerne l'absolution de certains péchés nécessitant des procédures exceptionnelles.

Le Souverain pontife a accordé un pouvoir spécial à tous les prêtres catholiques pour pardonner, dans le sacrement de la réconciliation, tout fidèle ayant une responsabilité dans un avortement. Habituellement, ce pouvoir est réservé uniquement aux évêques. Mais, exceptionnellement, pour la période du Jubilé de la Miséricorde, le Pape a levé cette contrainte afin de permettre aux personnes ayant pris part ou fait un avortement de se libérer spirituellement de ce fardeau. Cette décision concerne les femmes ayant subi un avortement ainsi que les médecins ou ceux qui les auraient aidées à avorter. A savoir celui qui aura conseillé ou financé l'interruption volontaire d'une grossesse. Tous ceux-là sont invités à se présenter devant un prêtre de leur choix pour recevoir l'absolution lors du Jubilé de la miséricorde. « J’ai décidé, nonobstant toute chose contraire, d’accorder à tous les prêtres, pour l’Année jubilaire, la faculté d’absoudre du péché d’avortement tous ceux qui l’ont provoqué et qui, le cœur repenti, en demandent pardon», a écrit le Pape François aux prêtres. Une décision exceptionnelle, qui ne remet toutefois pas en cause le fait que l'avortement soit considéré comme un « grave péché» par l'Église catholique. « Le drame de l’avortement est vécu par certains avec une conscience superficielle, qui semble ne pas se rendre compte du mal très grave qu’un tel acte comporte. Beaucoup d’autres, en revanche, bien que vivant ce moment comme un échec, considèrent ne pas avoir d’autres voies à parcourir. Je pense, en particulier, à toutes les femmes qui ont eu recours à l’avortement. Je connais bien les conditionnements qui les ont conduites à cette décision. Je sais qu’il s’agit d’un drame existentiel et moral. J’ai rencontré de nombreuses femmes qui portaient dans leur cœur la cicatrice de ce choix difficile et douloureux. Ce qui a eu lieu est profondément injuste; pourtant, seul sa compréhension dans sa vérité peut permettre de ne pas perdre l’espérance», indique le Pape dans sa lettre qui a été l'un des points forts du sermon adressé à ses fidèles par le Père François Aka Miessan, Curé de la Paroisse Saint Joseph Artisan de Koumassi Nord-Est. Ce prêtre, l'un des proches collaborateurs de l'Evêque du diocèse de Grand-Bassam, a exhorté tous ses paroissiens à saisir l'occasion pour confesser les péchés d'avortement qu'ils auraient éventuellement commis. Il a encouragé les concernés à se libérer une bonne fois pour toute de leur fardeau en profitant de l'exception unique qu'offre l'année de la Miséricorde. Mais, a indiqué avec insistance le Curé de Saint Joseph, la décision du Pape « n'est pas une licence donnée pour commettre des avortements». «Ça ne veut pas dire qu'on peut aller faire l'avortement maintenant et venir se confesser. Ce n'est pas de cela qu'il s'agit. Il s'agit de ceux-là qui souffrent déjà d'avoir commis l'avortement. Pour ceux-là, désormais, tout prêtre peut leur donner l'absolution, exceptionnellement pendant l'année de la Miséricorde», a lancé le Père Miessan, qui invitait ses paroissiens concernés par la nouvelle donne à ne pas hésiter à prendre contact avec les prêtres présents. « N'ayez as peur de vous présenter devant vos prêtres pour vous libérer de ce fardeau. Venez nous contacter pour qu'ensemble, on entame la démarche pour vous donner l'absolution... », a insisté le curé de Saint-Joseph de Koumassi.C'est que le Pape fait de cette remise des péchés aux auteurs et coupables d'avortement un véritable engagement pour le bien-être des fidèles de son église. D'où son appel pressant aux prêtres à se mettre dans les dispositions adéquates pour accueillir ceux qui viendraient à eux. «Que les prêtres se préparent à cette tâche importante en sachant unir des paroles d’authentique accueil à une réflexion qui aide à comprendre le péché commis, et indiquer un itinéraire de conversion authentique pour pouvoir obtenir le pardon véritable et généreux du Père qui renouvelle tout par sa présence». Pour ce faire, le Souverain pontife invite les fidèles à un vrai repentir. Condition indispensable pour obtenir le pardon exceptionnel accordé à l'occasion de l'année en cours.

Félix D.BONY

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Félix D. Bony
Voir ses articles