Présence militaire française en Côte d’Ivoire:François Hollande,« L’objectif est de ne pas rester plus longtemps… »


30/04/2012
Force Licorne de Côte d’Ivoire
François Hollande, le candidat socialiste à la présidentielle en France, est d’accord pour le retrait de la force Licorne de Côte d’Ivoire, mais à condition que la demande soit formulée par les autorités ivoiriennes.

Dans des propos rapportés par l’agence de presse AP (Associated Press), M. Hollande a souligné que l’objectif pour la Licorne est de ne pas rester plus longtemps que nécessaire en Côte d’Ivoire. « Pour l’instant, il y a une demande du gouvernement ivoirien concernant cette présence (…) Et tant que nous n’avons pas eu de la part des autorités (ivoiriennes ndlr) qui ont décidé de cette présence une demande de nous retirer, nous ne le ferons pas. Mais c’est vrai que l’objectif est plutôt de ne pas rester plus longtemps que nécessaire » a-t-il dit en marge d’une visite au Mémorial de la Shoah à Paris. Faut-il le rappeler, François Hollande est arrivé en tête du 1er tour de l’élection présidentielle en France, face à Nicolas Sarkozy, le président sortant. Les deux hommes se préparent à s’affronter dans les urnes le 6 mai prochain.

Certains analystes politiques voient dans une victoire du candidat socialiste, une recomposition des relations entre Paris et Abidjan. D’autres pensent que la victoire de M. Hollande, mettrait le président ivoirien, Alassane Ouattara, en difficulté, lui qui a été fortement soutenu par ‘’ son ami ‘’ Sarkozy pendant la crise post-électorale contre Laurent Gbagbo. D’autres encore estiment par contre que les relations entre Etats, priment sur les amitiés entre personnes.

Ce qui induirait qu’un changement de régime en France, n’affectera pas fondamentalement les relations que la métropole entretient avec son ancienne colonie. Et cette déclaration de Hollande semble s’inscrire dans cette logique. Il faut souligner que la France a déployé la force Licorne en Côte d’Ivoire comme force de maintien de la paix après une tentative de coup d’Etat de septembre 2002, qui s’est muée en rébellion. Les effectifs de cette force sont passés de 5.000 à 450 hommes. Leur retrait dépend des autorités ivoiriennes.

H. ZIAO

Hamadou Ziao

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

Videodrome