Maroc : une centaine de migrants interceptés en Méditerranée/Au moins 20 000 morts depuis 2014

Publié le
maroc-une-centaine-de-migrants-interceptes-en-mediterranee-au-moins-20-000-morts-depuis-2014 En 2019, environ 74 000 tentatives « d'immigration irrégulière » à destination du voisin espagnol
Afrique & Monde

Ces candidats à l’émigration, dont certains venus d’Asie et d’Afrique subsaharienne, ont été ramenés vers les ports de Tanger et de Nador par la marine royale marocaine.

La marine royale marocaine a intercepté en Méditerranée 107 migrants qui tentaient de rallier les côtes espagnoles. Les candidats à l'émigration, dont certains venus d'Asie et d'Afrique subsaharienne, ont été ramenés dans la nuit de dimanche à lundi vers les ports de Tanger et de Nador (nord-est).

C'est ce qu'a indiqué mardi une source militaire à l'agence marocaine de presse (MAP). Treize femmes et 4 enfants se trouvaient sur ces embarcations de fortune, selon le site Maroc diplomatique.

Peu d'Asiatiques habituellement

Situé à la pointe nord-ouest de l'Afrique, le Maroc est un pays de transit pour de nombreux migrants rêvant de rejoindre l'Europe mais cette voie est rarement empruntée par les migrants venus d'Asie -généralement des Birmans ou des Afghans-, selon l'antenne de l’Association marocaine des droits humains à Nador.

Malgré le renforcement des contrôles et les restrictions de circulation liés à la pandémie de nouveau coronavirus, les flux migratoires vers l'Europe n'ont pas cessé, que ce soit en Méditerranée ou dans l'Atlantique (où les migrants tentent de rejoindre les îles Canaries).

74 000 tentatives l'an passé, selon le Maroc

En raison de l'absence de perspectives d'avenir dans leur pays, marqué par de profondes inégalités sociales, plus de 40,3 % des Marocains âgés de 15 à 29 ans rêvent de partir vivre à l'étranger, selon une récente enquête du Haut-Commissariat au Plan.

En 2019, environ 74 000 tentatives « d'immigration irrégulière » à destination du voisin espagnol ont été avortées, selon les autorités marocaines. En 2018, près d’un migrant sur deux était arrivé en Europe via les côtes andalouses. Au moins 20 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis 2014. L’Organisation internationale pour les migrations demande « d’augmenter la capacité globale des opérations de recherche et de sauvetage ».