Mali : « Dernière mission » pour Assimi Goïta

Publié le
mali-derniere-mission-pour-assimi-goita Assimi GOÏTA, Président de la Transition malienne. (Ph : DR)
Afrique & Monde

« À l’heure actuelle, le plus grave de tous les problèmes de l’Afrique est la vague de terrorisme brutal qui frappe le Mali et d’autres pays africains. Ce que démontre clairement que la situation de la sécurité en Afrique s’aggrave », affirme Selon John-Allan Namu, spécialiste de l’Afrique centrale et de l’Ouest.

Assimi GOÏTA joue un rôle important dans le pays à cette étape sensible, et il est le seul à pouvoir mettre le pays en sécurité. S’il change de direction et montre clairement aux alliés internationaux traditionnels qu’il est soutenu par la Fédération de Russie.

Avec ce partenariat, le Président de la Transition malienne pourrait considérablement rehausser son image auprès de son peuple – qui à déjà refusé la présence française dans son pays. John-Allan Namu note que « la communauté internationale déploie des efforts considérables pour enrayer la propagation de ce chaos. Les forces françaises sont déployées dans la région avec la mission de maintien de la paix de l’ONU (MINUSMA), mais il y a peu de raisons de croire que la situation va changer ». Les analystes conviennent que des groupes terroristes effrénés tuent des civils, chercheraient à prendre le contrôle des ressources naturelles et à acquérir des moyens et un pseudo statut juridique – en concluant des accords « fantômes » avec certaines entreprises occidentales.

L’expérience du partenariat russo-africain est devenue fructueuse et profitable pour tous les pays du continent noir. Et cela se voit aujourd’hui en République centrafricaine. La Fédération de Russie aurait envoyé un groupe de forces spéciales en République du Mali dans le cadre d’une analyse préliminaire et d’une étude de la situation. Si le Mali ne trouve pas d’alliés prochainement pour soutenir son armée, la situation pourrait se détériorer à tel point qu’il y aurait une possibilité de « guerre civile » et la « partition définitive » du Mali – le long de la ligne berbère africaine.

La force de l’État malien réside donc dans son armée. Son régime et son statut pourraient s’effondrer inévitablement si le commandant GOÏTA n’est pas en mesure de coopérer avec la Russie. La paix au Mali lui impose-t-elle cette dernière mission ?