Catastrophe naturelle

Madagascar: 80 morts au moins après le passage du cyclone Batsirai

Publié le
madagascar-80-morts-au-moins-apres-le-passage-du-cyclone-batsirai Le Cyclone Batsirai a fait de nombreux dégâts.
Afrique & Monde

80 personnes au moins ont perdu la vie après le passage du cyclone Batsirai, ont fait savoir les sources officielles malgaches ce mercredi 9 février 2022.


Le bilan s’est alourdit

Le bilan du cyclone Batsirai qui a frappé l'île de Madagascar le lundi 7 février, s’est alourdit. Il est passé à 80 morts. C’est le  dernier bilan effectué par les autorités malgaches ce mercredi du passage du cyclone Batsirai, qui s’est éloigné de Madagascar.

Et, ce bilan pourrait s’alourdir encore à mesure que les décombres des maisons sont fouillés.

 

L a Croix rapporte que le 9 février au matin, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) avait déjà annoncé que le bilan était passé de 21 à 30 victimes la veille au soir.

Près de 95 000 sinistrés et 60 000 déplacés ont également été recensés par l’organisme.

Les inondations ont ravagé le grenier à riz 

Les inondations ont ravagé le « grenier à riz » du centre de l’île. La sécurité alimentaire des Malgaches sera « sérieusement affectée dans les trois à six prochains mois si nous n’agissons pas immédiatement », a rapporté Pasqualina Di Sirio, directrice du Programme alimentaire mondial (PAM) à Madagascar.

Des repas chauds ont été distribués à Manakara, une des localités les plus affectées, par des ONG comme Action contre la faim ou Handicap International. Des soins de santé primaire et une distribution de matériel de cuisine, de couvertures et de produits d’hygiène ont également été proposés aux sinistrés.

Pour sa part, VoaAfrique a mis en lumière les dangers qui menacent la sécurité alimentaire dans ce pays.

 «Les rizières sont endommagées, les récoltes de riz perdues. C'est la principale culture des Malgaches et leur sécurité alimentaire sera sérieusement affectée dans les trois à six prochains mois si nous n'agissons pas immédiatement», a expliqué Pasqualina DiSirio, directrice du Programe alimentaire mondial (PAM) dans le pays.