Guerre en Ukraine

Le président Zelensky exige un "cessez-le-feu immédiat", la force Wagner à ses trousses

Publié le
le-president-zelensky-exige-un-cessez-le-feu-immediat-la-force-wagner-a-ses-trousses La force Wagner serait aux trousses du président Volodymyr Zelensky.
Afrique & Monde

Des délégations russe et ukrainienne doivent entamer ce lundi 28 février 2022, des négociations, au cinquième jour de l'invasion de l'Ukraine où le président Volodymyr Zelensky a appelé les troupes russes à «déposer les armes».


Ville fantôme

Le Centre de Kiev s’est transformé en ville fantôme depuis le couvre-feu instauré samedi à 17 heures, souligne Le Figaro. Des rafales sporadiques d’armes automatiques et des explosions ponctuent l’impressionnant silence de la capitale ukrainienne, qui continue de se barricader en vue de la prochaine attaque russe.

La bataille pour le contrôle de Kiev se poursuit

Au quatrième jour de l’offensive lancée par troupes russes, la bataille pour le contrôle de Kiev se poursuit ce dimanche au nord, au sud, à l’est et à l’ouest de la ville, où les forces russes ont relancé leur offensive pour verrouiller la capitale.

Par ailleurs, des médias occidentaux  soutiennent que plus de 400 mercenaires russes, proches du Kremlin, auraient été chargés d'abattre le chef de l'État ukrainien. Ils seraient arrivés en Ukraine il y a déjà cinq semaines, selon le journal britannique The Times.

Alors que les bombardements sur Kiev ont repris lundi 28 février au matin, plus de 400 mercenaires russes de la force Wagner, venus d'Afrique, se seraient rendus dans la capitale ukrainienne avec une seule mission : assassiner le président Volodymyr Zelensky.

Un millier de Français se trouvent actuellement bloqués en Ukraine, a appris Le Monde auprès du Quai d'Orsay ce dimanche. Le centre de crise à Paris a été chargé d'assurer la sécurité de chacun, tout en reconnaissant qu'un rapatriement de groupe était pour l'heure «impossible.»

Rester à l'abri

 En attendant, le Quai d'Orsay demande aux Français de «rester à l'abri, ne pas tenter de prendre la route.» «Le réseau routier est saturé, il y a une pénurie d'essence, et un temps d'attente excessif qui rend le trajet trop périlleux», ajoute-t-il.

Il est «impossible» de loger les Français dans l'ambassade de France

Stéphane Romatet indique par ailleurs que, malgré les demandes, il est «impossible» de loger les Français dans l'ambassade de France à Kiev. «L'installation ne s'y prête absolument pas», souligne-t-il. Dès que cela sera possible, le ministère des Affaires étrangères organisera un «point de regroupement » à Kiev.