Guerre d'Ukraine : Zelensky et Umaru échangent sur la sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest

Publié le
guerre-d-ukraine-zelensky-et-umaru-echangent-sur-la-securite-alimentaire-en-afrique-de-l-ouest PhDr
Afrique & Monde

LSI Africa, a publié le Jeudi 4 Août 2022 une information selon laquelle Volodymyr Zelensky et Umaru Embalo Sissoco ont échangé sur les moyens de garantir la sécurité alimentaire dans la sous-région Ouest-Africaine.

Les deux hommes ont notamment abordé la question de l’implication des organisations internationales pour assurer la distribution des grains de blé Ukrainien de sorte à éviter une pénurie de blé en Afrique de l’ouest.

Avec la Russie, l’Ukraine demeure l’un des principaux exportateurs de blé dans le monde. Cette démarche fait suite à la rencontre du 3 Juin entre le président Sénégalais, Macky Sall, président en exercice de l’Union Africaine (UA) et son homologue Russe, Vladimir Poutine à l’issue de laquelle le dirigeant Russe avait donné des garanties quant à sa volonté de faciliter les exportations de blé Ukrainien.

Le 23 Juillet 2022, deux accords séparés, l’un avec la Turquie et l’autre avec l’ONU, avaient été conclus entre l’Ukraine et la Russie pour une durée de 120 jours en vue de permettre les exportations des réserves de blé stockées dans les ports Ukrainiens.

Un accord pour une gestion des céréales 

La crise alimentaire engendrée par la guerre en Ukraine pourrait connaître une issue. Le jeudi 21 juillet 2022, la présidence turque a annoncé que des représentants de la Russie et de l'Ukraine allait se rencontrer vendredi 22 juillet 2022 à Istanbul. Ils doivent signer un accord sur les exportations de céréales.

La cérémonie était prévue à 13h30 GMT, au palais de Dolmabahçe. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres et plusieurs négociateurs impliqués dans ce dossier seront également présents.

Concrètement, cet accord devrait permettre une sortie par la Mer noire des céréales ukrainiennes bloquées par la guerre et un allègement des entraves à l'exportation de grains et engrais russes.

Il est le résultat d'un travail de longue haleine mené notamment par Martin Griffiths, le patron de l'ONU. Son secrétaire général adjoint pour les Affaires humanitaires s'est occupé de la négociation liée à l'exportation des céréales ukrainiennes. Le plan imaginé prévoit des corridors sécurisés et des cessez-le-feu localisés sur les zones de passage.