Agroalimentaire, gestion des déchets, transports, énergie, services postaux, ... Ce que la France peut faire en Côte d'Ivoire


16/12/2013
Une photo de souvenir avec des responsables de Cemoi / / Photo : H.K-N
En matière de développement, la République française a beaucoup à apprendre à la Côte d'Ivoire dans divers secteurs d'activités. Du lundi 25 au vendredi 29 novembre 2013, invités en France par le ministère français des Affaires étrangères (Quai d'Orsay), sept (7) journalistes ivoiriens provenant de la presse écrite et audiovisuelle, ont pu faire le constat sur place, à travers la visite de plusieurs entreprises exerçant dans l'agroalimentaire, gestion des déchets, les transports, l'énergie, les services postaux, ...

Le lundi 25 novembre 2013, à la Tour CB21 à la Défense (1e 17ème) à Paris, c'est le siège du groupe Suez Environnement qui nous accueille. Ce jour, les journalistes ivoiriens apprennent, dans le cadre d'une visite d'un showroom high tech (un tunnel virtuel très éclairé) de ce groupe, que cette entreprise est un apporteur de solutions innovantes à des millions de personnes et aux industries dans les domaines de l’eau potable, de l’assainissement et de la gestion des déchets.

Selon Élodie Marchand (responsable communication de Suez Environnement), le showroom a été conçu ainsi pour permettre aux visiteurs d'explorer les solutions et innovations technologiques, sociales et sociétales du groupe, en réponse aux grands défis du XXIè siècle : changement climatique, urbanisation croissante ou pression sur les ressources naturelles.

Au cours de la visite de l'usine d'incinération de Créteil (construite en 1976, détruite et reconstruite en 1998 pour des raisons environnementales, et mise en service en 2000), nous apprenons que Créteil incinération énergie (Cie) – Sita région Idf – valorise les déchets produits par les 615 000 habitants des 19 communes adhérentes au Syndicat mixte intercommunal de traitement des Déchets Urbains du Val-de-Marne (Smitduvm). Cie est également partenaire des industries, des établissements de santé (Aphp), des laboratoires pharmaceutiques et de Cyclamed, et donc, est la première usine de traitement de déchets hospitaliers. L'usine traite environ 202 500 tonnes de déchets ménagers, 22 500 tonnes de déchets d’activités de soins à risques infectieux, pour une production d'environ 100 000 MWh/an d'électricité. L'usine de Butte Bello à Soignolles en Brie, Suez Environnement, montre comment l'eau peut être traitée.

En effet, dans cette usine, on valorise les biogaz et on traite les lixiviats (produit du passage des eaux de pluie et du ruissellement à travers les déchets) sur le site. On y apprend qu'un prétraitement biologique suivi d'un évapoconcentrateur, permet de garantir une qualité de rejet irréprochable : la réutilisation de la chaleur issue des moteurs, permet d'optimiser la réutilisation énergétique : c'est la cogénération. Le mardi 26 novembre 2013, nous visitons le marché international de Rungis. D'intérêt national, ce marché est un grand marché de gros où tous les professionnels peuvent trouver tout ce qu'ils veulent en matière d'alimentation, de décoration et autres. Il alimente les professionnels de toute la région.

La qualité, un design

Situé dans le département de Val-de-Marne, le marché de Rungis est considéré comme le marché central de Paris, et aussi, le plus grand marché de produits agricoles au monde. La concurrence est rude. Nous le constatons. Des centaines de magasins pour environ 1 400 grossistes. D’une superficie de 232 ha avec plus de 72,7 ha couverts (dont 47 ha de bâtiments à usage commercial), le marché de Rungis est approvisionné par avions, véhicules et trains.

Nous changeons de cap le mercredi 27 novembre 2013. C'est la région de Perpignan (capitale intellectuelle, culturelle, politique et économique du sud de la région et du nord de la Catalogne) qui nous reçoit. Avec les responsables du fabricant français de chocolat, Cemoi, dont Patrick Poirrier (président directeur général du groupe) et Benjamin Bessi (directeur pour la Côte d'Ivoire), on en sait un peu plus sur la volonté de ce groupe d'assurer la qualité au cacao et au café ivoirien. Seul groupe en France à maîtriser la filière de production de la fève de cacao jusqu'à la tablette, le chocolatier Cemoi participe à l'amélioration du rendement des planteurs.

Selon les responsables du groupe, depuis au moins trois ans, en partenariat avec le Centre national de recherche agronomique (Cnra) et l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader), un programme a été initié pour multiplier, par trois, le rendement des plantations de cacao, et pour améliorer significativement la qualité et le revenu des planteurs. Une visite de l'usine de Perpignan nous a prouvé que de nombreuses mesures de qualité et d'hygiène, sont prises en compte à toutes les étapes de fabrication.

Dans la matinée du jeudi 28 novembre 2013, au ministère des Affaires étrangères au 37 quai d'Orsay Pari 7è, dans le cadre d'un entretien, Laurent Viguié (sous-directeur d'Afrique occidentale) explique que le but de l'invitation est non seulement de présenter le savoir-faire des entreprises françaises mais aussi de donner l'opportunité à des journalistes ivoiriens de voir ce qui se passe en France. Au cours des échanges, il a appris que la Côte d'Ivoire est un pays important pour la France. Dans l'après-midi, nous visitons Challenger, le siège de Bouygues Construction. Gigantesque, ce siège construit à 1 milliard de francs français en 1988 est en pleine rénovation pour plus de 100 millions d'Euros. Raison évoquée : en 2014, le siège de Bouygues Construction sera à la pointe du confort et de la modernité, et surtout, conforme aux normes environnementales les plus exigeantes. L’objectif est de diviser, par dix, la consommation d’énergie sur le site. Cette démarche passe par une meilleure isolation des bâtiments, mais aussi une production locale d’électricité, en utilisant l’énergie du soleil ou de la terre (géothermie).

Pont HKB, Tramway, Sir, Gestoci...

Avec Charles Paradis (directeur général du pôle concessions de Bouygues Construction), les journalistes ont évoqué les activités du groupe, qui ont cours en Côte d'Ivoire, notamment le pont Henri Konan Bédié. A en croire notre interlocuteur, le pont sera livré en décembre 2014. Le vendredi 29 novembre 2013 était particulièrement chargé pour les visiteurs ivoiriens.

Dans la matinée, avec le groupe Systra (groupe international d’ingénierie et de conseil dans le domaine de la mobilité, présent notamment dans les transports urbains et ferroviaires), qui a plus de 50 ans d'expérience, nous apprenons que la ville peut changer d'image grâce aux moyens transports. Selon nos interlocuteurs, « letramwaychange l'image de la ville et est un moyen de transport confortable, qui donne à voir la ville autrement ». Avec Jean Paul Balensi et M. Hanriot, on aura compris que le groupe Systra pourrait (Systra était dans le capital de Sitarail en Côte d'Ivoire dans les années 60) revenir en Côte d'Ivoire très bientôt pour le train urbain d'Abidjan.

Dans l'après-midi, Thibault de Langlais (responsable Afrique de l'Ouest de la branche marketing / service) nous informe que 35 millions de clients passent dans les stations-services de Total chaque année dans le monde. « Notre priorité, c'est renforcer la sécurité routière. Régulièrement, on forme nos transporteurs », a affirmé M. Langlais. Qui a révélé que le groupe Total est impliqué à 25 % dans la Société ivoirienne de Raffinage (Sir), 37 % dans la (Société de gestion des Stocks pétroliers de Côte d'Ivoire (Gestoci) et 3 % dans le pont HKB.

En fin d'après-midi, Jean Paul Forceville (directeur des relations extérieures de Groupe de la Poste) a présenté l'entreprise française. Selon lui, ''le Groupe la Poste'' revendique 22 millions d'Euros de chiffre d'affaires en 2012 dont la moitié fait par le courrier. « Nous collaborons beaucoup avec les postes africaines... La poste ivoirienne se remet au travail. Nous tenons beaucoup à la réalité de la coopération bilatérale avec la Poste de Côte d'Ivoire », a déclaré M. Forceville. Qui est convaincu que les postes africaines comme celle de la Côte d'Ivoire, doivent se préparer pour le e-commerce qui « est une bonne nouvelle ». Pour joindre l'utile à l'agréable, le Quai d'Orsay a terminé notre programme par un dîner-croisière sur la Seine dans la soirée du vendredi. Comme nous, ce vendredi, des milliers de personnes ont pris rendez-vous pour manger entre amis et parents. Cette partie de notre séjour pourrait inspirer le gouvernement ivoirien relativement à l'exploitation de la lagune Ebrié.

Hermance K-N

(Envoyée spéciale en France)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Hermance K-N

|

  • SOURCE: Soir info

Videodrome