Les 5 atouts de la compagnie ivoirienne pour séduire la clientèle

Transport aérien: Air Côte d’Ivoire atterrit au Gabon


09/11/2012
Air Côte d’Ivoire dans les airs, dès lundi, séduit déjà les voyageurs de la sous-région.
Air Côte d’Ivoire est déjà dans les airs. La nouvelle compagnie aérienne ivoirienne était déjà à son 3ème vol inaugural avant-hier mercredi à Libreville au Gabon, où son avion a atterri avec à son bord presqu’une centaine de passagers pour apprécier ses performances.

Après Dakar (le Sénégal) en Afrique de l’Ouest et le vol domestique sur Yamoussoukro, la haute direction de ‘’Air Côte d’Ivoire’’, qui s’intéresse à l’Afrique centrale, a choisi le pays des Bongo comme première destination dans cette région du continent pour s’adresser à la clientèle.

Avec à sa tête le Général Abdoulaye Coulibaly, le président du Conseil d’Administration (PCA) et le directeur général René Décurey, les premiers responsables de la compagnie nationale ivoirienne ont foulé le sol gabonais avec assez d’arguments pour séduire les voyageurs de la sous-région. Au total 5 atouts ont été développés par le directeur commercial, Laurent Loukou, pour convaincre la clientèle à choisir dès lundi prochain (jour marquant le début des vols commerciaux), et à croire en la dernière née des compagnies de la sous-région.

La première réside dans la stratégie des vols directs adoptée par Air Côte d’Ivoire. Une option qui va permettre aux voyageurs d’économiser beaucoup de leur temps perdu durant les escales habituelles, lesquelles favorisent d’autres impairs comme les pertes de marchandises et de bagages, sans compter les rendez-vous manqués et leurs implications respectives. A titre d’exemple, le vol inaugural Abidjan - Libreville du jeudi dernier n’aura coûté que seulement deux heures de voyage, là où le circuit par escale habituel prenait plus de 4h aux voyageurs.

Pour réussir ce pari, Air Côte d’Ivoire ne veut pas voler en solitaire. La compagnie ivoirienne débute ses activités avec de grandes ambitions, au nombre desquelles une politique de synergie intégrationniste susceptible d’aboutir à terme à une unification des moyens pour une flotte commune des Etats d’Afrique subsaharienne. Ainsi, partant du principe que nul ne peut travailler seul dans le secteur du transport aérien qui demande beaucoup d’investissement pour des gains très infimes à capitaliser, les dirigeants de Air Côte d’Ivoire entendent travailler ensemble avec les autres compagnies pour mutualiser leurs moyens.

Cette collaboration avec les devanciers sur le terrain est un principe cher au président Abdoulaye Coulibaly et à ses collaborateurs, qui, en 3ème lieu, promettent une fréquence quotidienne des vols pour répondre aux besoins de leur clientèle et la fidéliser. Air Côte d’Ivoire offre également ses engins comme un atout majeur dans l’exploitation des lignes aériennes dans la sous-région africaine. Il s’agit notamment des modèles Airbus 319 choisis à dessin pour leur confort de vol, mais aussi les commodités différentes des autres équipements utilisés jusque-là dans l’espace où il va bientôt opérer.

Enfin, la compagnie ivoirienne veut rompre avec certaines habitudes qui consistent à cumuler toutes les tâches pour ne pas finalement mieux les exécuter. Aussi ses dirigeants ont-il décidé de laisser les agences de voyage s’occuper de vendre les billets et de ne s’occuper que du transport. Une répartition des tâches pour mieux répondre aux aspirations de leur clientèle. Sur le coût des voyages, la nouvelle compagnie ivoirienne entend jouer particulièrement sur le temps et conserver les mêmes tarifs que ses prédécesseurs, avec lesquels elle collabore déjà.

Plus exactement avec les compagnies Air Mali et Air Burkina, dont les capitaux sont détenus par le groupe Aga Khan, actionnaire dans Air Côte d’Ivoire au même titre que Air France aux côtés de l’Etat ivoirien, majoritaire. Dès lundi 12, les premiers vols commerciaux commencent, et l’on verra dans le ciel ivoirien et africain, les nouveaux engins arborant les couleurs nationales ivoiriennes. Une fierté que le Général Coulibaly et ses collaborateurs ont promis de pérenniser le plus longtemps possible, devant le public gabonais séduit par leurs promesses.

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2