Banque africaine de développement: Les dessous des accusations contre Akinwumi Adesina

Ce qu'il faut craindre
03/06/2020
Banque africaine de développement: Les dessous des accusations contre Akinwumi Adesina
Le président de la Bad, Akinwumi Adesina, affirme qu'il est serein, convaincu de son innocence face aux accusations portées contre lui.

Il n'a jamais été le candidat que les Usa voulaient à la tête de la Banque africaine de développement. Et voilà que le nigérian Akinwumi Adesina veut rempiler pour un second mandat. Face à lui, personne, mais plutôt des accusations de mal-gouvernance qui pourraient l'emporter si son ''bastion'' le lâche. Retour sur une affaire qui risque fort de fragiliser l'institution panafricaine.

L'affaire qui secoue présentement la Banque africaine de développement (Bad) ressemble étrangement à une très récente affaire de filature dont aurait été coupable ou responsable l'ex-directeur général de Credit Suisse, l'Ivoirien Tidjane Thiam.

Cette histoire a fini par emporter Thiam alors qu'il venait de réaliser des résultats records avec la deuxième banque de Suisse, notamment avec un bénéfice avant impôts en hausse de 40%, le plus haut, dit-on, depuis 2010. Sans doute que sa tête était mise à prix, au point que malgré les gros soutiens qu'il avait, l'homme a fini par rendre le tablier.

A environ 6 heures de vol (vol-direct Abidjan-Genève) de Genève – sur les bords de la lagune Ebrié, ...

Lire la suite de l'article dans L'inter du 03 juin 2020

 

Elysée Lath

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2