Côte d’Ivoire/Création d'emploi vert:

Le deuxième pôle interrégional de haut niveau de formation du GAIN initié par le BIT sur les emplois vert ferme le rideau

Economie
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
le-deuxieme-pole-interregional-de-haut-niveau-de-formation-du-gain-initie-par-le-bit-sur-les-emplois-vert-ferme-le-rideau Frédéric Lapeyre directeur du bureau pays(OIT)entouré du Dr Kouadio Alain et du Prof Birahim Bouna Niang de l’université Cheikh Anta Diop.

Le deuxième pôle interrégional de haut niveau de formation du GAIN pour les pays francophones d’Afrique sur les analyses des impacts sociaux, de création d’emplois, des politiques climatiques et de durabilité a pour objectif de susciter l’intérêt des partenaires, notamment financiers. Cette formation a été organisée par le Bureau International de Travail en collaboration avec les universités Nangui Abrogoua d’Abidjan et Cheikh Anta Diop de Dakar s’est tenue du 29 novembre au 3 décembre 2021 à Grand-Bassam.

Ce deuxième pôle interrégional de haut niveau de formation du GAIN pour les pays francophones d’Afrique, a vu la participation des experts de haut niveau de plusieurs pays francophone. Des politiques incitatives  et plusieurs axes de collaboration  pour des secteurs créateurs d’emploi vert ont été proposés  à la clôture de la formation du deuxième pôle interrégionale  de la formation du Réseau des institutions d’évaluation des emplois verts (GAIN).

Dr Kouadio Alain de l’université Nangui Abrogoua il s’est appesanti sur quelques éléments des transitions écologiques. Il a souhaité un partenariat intégré des pouvoirs publics public partenariat public et privé et même les partenaires sociaux. «  Les éléments importants de la transition écologique ou structurelle c’est la coopération, les enjeux de la Cop26 c’est de renforcer la coopération. Sur les questions de l’énergie renouvelable et les questions d’emploi vert. La transition suppose une inclusion sociale », a indiqué Dr Kouadio Alain représentant l’université Nangui Abrogoua d’Abidjan.

Pour le prof Birahim Bouna Niang de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar il a pointé du doigt l’instrument d’analyse de politique de transition écologique au modèle adapté au contexte de changement climatique et la problématique des emplois  « Il s’agit d’un outil qui a un avantage pour des raisons suivante. D’abord pour sa flexibilité et qui facilité son adaptation aux spécificités de nos pays. Aider nécessairement à sa construction de l'outil, enfin sa capacité de réponse au demande de partenaire sociaux et financier. Cet outil peut servir à plusieurs usages. Notamment l’élaboration de plan climat, le suivie de politique de transition écologique et un véritable instrument de dialogue pour la qualité de l’emploi vert »,

Quant à Frédéric Lapeyre directeur du bureau pays de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) il a fait des recommandations en souhaitant un accès de financement pour les emplois vert « Il faut un accès plus facile au crédit, au marché public, pour des entreprises qui vont privilégier l’emploi vert et privilégier des énergies alternatives », a expliqué M. Lapeyre. Pour lui, il est important que les gouvernements des pays africains appuient ce nouveau type d’entreprenariat pour le secteur de l’économie verte. « La mise en place de bonne politiques sectorielles qui soutiennent la transformation énergétique favorise de nouvelles opportunités d’emploi et permettre aux jeunes d’accéder à un emploi décent », a ajouté Frédéric Lapeyre directeur du bureau pays de l’Oit.

A cela il a expliqué que le changement climatique et environnemental, a un  impact négatif sur le marché du travail. Il faut une vraie prise de conscience des décideurs africains pour faire de bon choix pour promouvoir l’emploi vert.

Par ailleurs, Les participants étaient des experts environnementaux et du développement durable, les ministères du travail, de l’emploi, du changement climatique, des organisations de travailleurs, et employeurs, des institutions universitaires et de recherches, issus du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Maroc, du Niger et du Sénégal.

 Parfait KOFFI