Filière cacao: Une unité de transformation verra le jour d'ici 2024, la première pierre posée

Publié le
filiere-cacao-une-unite-de-transformation-verra-le-jour-d-ici-2024-la-premiere-pierre-posee Souleymane Diarrassouba en compagnie de Tey Keomg pour la pose de la première pierre de l'usine de Jb-cocoa (PhDr).
Economie

La première pierre d'une usine de transformation de cacao a été posée à Akoupé-Zeudji par le ministre du Commerce et e l'Industrie, Souleymane Diarrasouba.

Une usine de transformation de fèves en beurre et poudre de cacao dont l’investissement est estimé à 39 milliard de FCFA avec une capacité initiale de production de 5 000 000 de tonnes par an de fèves de cacao va voir le jour d’ici à fin décembre 2024.

Pour sa construction, le gouvernement ivoirien a mis à la disposition du groupe Jb-cocoa, réalisateur et propriétaire de cette future usine, un site industriel d’une superficie de 6 ha à la zone industrielle d’Akoupé-Zeudji.

Des emplois garantis

La première pierre de cette usine qui va favoriser, au départ, la création de plus de 100 emplois directs et mobiliser environ 500 personnes durant la construction, a été posée le jeudi 23 juin 2022 sur le site de Akoupé-Zeudji. C’est le ministre du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrasouba, qui a eu le privilège de poser cette brique, à partir de laquelle dans moins de deux ans va sortir une usine.

Une belle occasion pour le ministre Souleymane Diarrasouba de se féliciter de cette unité qui, selon lui, constitue la première phase d’un vaste projet de transformation de cacao en Côte d’Ivoire du groupe Jb-cocoa qui prévoit à terme une deuxième phase qui permettra de doubler la capacité installée pour atteindre 100 000 tonnes de cacao broyé par an.

Aussi, à travers cette usine, la société Jb-cocoa entend apporter une forte contribution aux efforts du gouvernement dans les activités de broyage, de transformation locale de cacao respectueuse de l’environnement à travers notamment la réalisation d’une unité de valorisation de la biomasse d’une capacité de 15 tonnes par heure à partir des coques de cacao pour la production en vapeur en lieu et place d’une chaudière.

la Côte d’Ivoire est passée de 545 000 tonnes (2012-2013) à 869 000 tonnes en 2020-2021 soit une augmentation de plus de 60%

« Il sera également question de la réalisation d’une station de traitement d’eaux usées pouvant aboutir à la production de biogaz. Je voudrais donc féliciter toute l’équipe de la Jb-cocoa Côte d’Ivoire pour avoir choisi, notre pays pour cet important investissement et pour avoir placé la protection de l’environnement au cœur de la mise en œuvre de leur projet. Ce qui est en lien avec l’initiative d’Abidjan élaborée à l’issue de la 15e conférence des parties sur la désertification et la sécheresse, la cop 15 », s’est-il réjoui.

Premier producteur de cacao 

Et d’expliquer que pour ce qui est de l’industrie de cacao, la capacité de broyage de la Côte d’Ivoire est passée de 545 000 tonnes (2012-2013) à 869 000 tonnes en 2020-2021 soit une augmentation de plus de 60%. Ce qui fait de la Côte d’Ivoire le premier pays producteur de cacao au monde avec environ 2.2 millions de tonnes.

Il laisse entendre que la Côte d’Ivoire est également le premier pays transformateur de cacao au mondeavec tous ces investissements. « Le volume de fèves de cacao transformé est passé de 468 000 tonnes en 2012-2013 à environ 619 000 tonnes en 2020-2021 soit une hausse de » plus de 32%. Grâce à toute la politique vertueuse mise en place par l’Etat de Côte d’Ivoire pour encourager les opérateurs économiques évoluant dans ce secteur afin d’augmenter sensiblement les différentes capacités de production. L’objectif via le projet de société du président Ouattara, une Côte d’Ivoire solidaire, c’est qu’à l’horizon 2030, tout le cacao ivoirien soit transformé principalement en Côte d’Ivoire » a fait remarquer Souleymane Diarrasouba.

Une opportunité pour le groupe

Quant au PDG du groupe Jb-cocoa, Tey Keomg, investie en côte d’ivoire, c’est s’inscrire dans la durabilité et dans la garantie d’une qualité constante des ingrédients de cacao de qualité supérieure.

C’est pourquoi, il dit être reconnaissance au soutien du gouvernement qui a permis le processus de construction de cette usine de transformation de cacao à la pointe de la technologie à Abidjan.

la Côte d’Ivoire est en effet une zone à développer 

« Nous considérons comme un privilège d’avoir l’opportunité de nous développer et d’investir en Côte d’Ivoire et de contribuer à l’objectif de transformer 100% de sa production de cacao local d’ici en 2030.Avec notre main-d’œuvre qualité et les structures développées, la Côte d’Ivoire est en effet une zone à développer », at-il mentionné.

Avant d’indiquer qu’il est impatient de voir cette nouvelle usine dont achèvement est prévu fin 2024 être opérationnelle.