Grève des gérants de points de vente mobile money: Le ton se durcit, ce qui est prévu dans les prochaines heures

Publié le Modifié le
greve-des-gerants-de-points-de-vente-mobile-money-le-ton-se-durcit-ce-qui-est-prevu-dans-les-prochaines-heures Ph Dr
Economie

Les gerants de points de vente mobile money ont dans un communiqué publié, jeudi 11 août 2022, annoncé la reconduction de leur mot d'ordre de grêve.

Pour non satisfaction de leurs revendications, les gérants de point de vente mobile money ont annoncé, via un communiqué, la reconduction de leur mot d'ordre de grève. " Le collectif des propriétaire des points de vente mobile money de Côte d'Ivoire en accord avec les PDV voudrait signifier à la communauté nationale et ivoirienne, la reconduction de l'arrêt de travail du vendredi 12 au lundi 15 août 2022 à 23h 59", informe le communiqué.

De nouveaux frais de prestation, annoncés

"Pour non satisfaction de nos revendications au terme de ces 4 jours d'arrêt de travail, des nouveaux frais de prestation de service de proximité seront instauré à partir du mardi 16 août allant de 100 à 500 FCFA, selon le montant de la transaction", poursuivent-ils.

Le  cas échéant cet opérateur sera banni du réseau de prestataires et il trouvera ses puces devant son siège

Aussi ne manquent-ils pas de mettre sévèrement en garde les opérateurs téléphoniques, notamment MTN, Orange et Wave en cas d'une éventuelle suspension ou de résiliation de compte de prestataire. " Le  cas échéant cet opérateur sera banni du réseau de prestataires et il trouvera ses puces devant son siège", ont-ils mis en garde.

" Nous demandons à tous les opérateurs qui ont suspendu ou résilié des contrats de bien vouloir les réactiver immédiatement", arguent-ils. Pour rappel, c'est le mardi 9 août 2022 que les gérants de points de vente mobile money ont entamé un arrêt de travail de 72h pour disent-ils protester contre la réduction de leurs commissions.

Plusieurs points de vente mobile money du District d’Abidjan sont fermés. Au titre de leurs revendications, la lenteur dans le traitement de leurs doléances, les suspensions et résiliations de contrats de certains de leurs camarades, ainsi que la baisse drastique de leurs commissions.