Éducation inclusive et maintien des filles à l'école 

Alphabétisation en Côte d’Ivoire : 47,2% pour les femmes contre 63,8% pour les hommes

Education
Publié le Source : Linfodrome
alphabetisation-en-cote-d-ivoire-47-2-pour-les-femmes-contre-63-8-pour-les-hommes Le projet "éducation inclusive et maintient des filles à l'école " a été passé en revue.

Le niveau d’alphabétisation en Côte d’Ivoire reste très bas pour les femmes (47,2%) contre 63,8% pour les hommes. C’est le constat qu’ont fait les partenaires au projet « droit à l'éducation inclusive et au maintien des filles à l'école » après deux ans de réalisation. C’était au cours de la cérémonie de restitution des conclusions de ce projet, ce jeudi 14 octobre 2021, au Plateau.

« La scolarisation des filles demeure un problème prioritaire malgré une amélioration de la situation macro-économique en Côte d’Ivoire. En effet, des efforts conjugués du gouvernement et des partenaires au développement ont permis de hausser le niveau d’accès des filles au primaire mais leur maintien dans le système scolaire reste encore un défi à relever », a souligné Alain Akpadji, représentant adjoint du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA ).

Il a fait observer que le taux d’enrôlement au primaire pour les filles est de 74,1% tandis que le taux de maintien au secondaire n’est que de 35,6%. « De même, le phénomène d’enfants en situation de handicap hors du système scolaire est préoccupant en Côte d’Ivoire. Par ailleurs, le niveau d’alphabétisation reste très bas à 47,2% pour les femmes contre 63,8% pour les hommes », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, M. Akpadji a indiqué que les analyses récentes des causes d’abandon scolaire chez les jeunes filles révèlent plusieurs raisons dont les grossesses précoces, l’accès insuffisant à une éducation complète à la sexualité et aux services de la santé de la reproduction pour les adolescents et jeunes. A cela s’ajoutent l’infection à VIH et autres infections sexuellement transmissibles, les mariages d’enfants, les violences basées sur le genre, le faible niveau de revenus des familles entraînant l’incapacité d’assurer les frais scolaires et autres besoins ainsi que le poids des normes sociales, culturelles et religieuses.

Pour sa part, Faustin Koffi, représentant la ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation a fait savoir que ce projet avait pour objectif de renforcer l’accès des filles à l’école. « Deux années après les activités menées, il apparaissait opportun de faire un bilan à mi-parcours dans tous les secteurs indiqués à savoir la santé, l’éducation, la famille et l’innovation », a-t-il rappelé.

Notons que ce projet «Droit à l’éducation inclusive et maintien des filles à l’école » a été initié par l’UNFPA avec l’appui financier de « Affaires Mondiales Canada ».