Côte d'Ivoire : Dans les coulisses des états généraux de l'éducation nationale

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-dans-les-coulisses-des-etats-generaux-de-l-education-nationale La revalorisation de l’offre éducative en Côte d’Ivoire est l’un des points essentiels de ces états généraux de l’éducation.
Education

Les états généraux de l'éducation nationale en cours en Côte d'Ivoire livreront leurs verdicts dans quelques mois. Avant la phase de consolidation des conclusions de cet important chantier pour l’école ivoirienne, place aux travaux en commission à Abidjan et à l'intérieur de la Côte d'Ivoire.

Depuis le lundi 17 janvier 2022, plusieurs groupes ont pris le relais pour mener des réflexions sur les thématiques des états généraux de l'éducation nationale en Côte d'Ivoire. Linfodrome s'est intéressé au point d’avancement de ces états généraux de l’éducation nationale et à ces choses qui se passent en marge des travaux, particulièrement aux propositions des parents d'élèves et étudiants de Côte d'Ivoire.

« Les travaux se poursuivront jusqu'au 26 février 2022 »

Les travaux des états généraux de l'éducation nationale et de l'alphabétisation sont portés au plus haut niveau par la ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Mariatou Koné. Les travaux sur les thématiques se poursuivront jusqu'au 26 février 2022.

Claude Aka Kadio, président  de l'Organisation des parents d'élèves et étudiants (Opeeci) participe activement  à ces travaux. Il a livré quelques détails importants au cours d’un échange téléphonique, le vendredi 21 janvier 2022 et plus tôt à travers une série de publications sur sa page officielle Facebook.

Selon lui, les parents d'élèves et étudiants à travers leurs représentants prennent part aux travaux des états généraux de l’éducation. Une énième séance de travail et de discussion a d'ailleurs eu lieu le lundi 17 janvier 2022 à Abidjan de 9h à 17h. « La prochaine  rencontre du groupe aura lieu le mercredi  26 janvier 2022 à  partir de 9h », a indiqué le président de l'Opeeci.

Processus avant l’application sur le terrain

Claude Aka Kadio lui-même a rassuré les Ivoiriens. « Les gens sont sceptiques. Ils ne voient pas comment ça se passe. (Mais, ndr) les précisions sont là. Les travaux dans les différentes régions ont été effectués. Les informations ont été collectées au niveau des 31 départements du pays. Nous faisons maintenant les travaux sur les différentes thématiques. Il y en a sept (7) », a-t-il clarifié.

Le président de l’Opeeci a aussi donné des explications. « Les travaux thématiques, c'est les réflexions des experts qui vont apporter leur vision sur la chose (les états généraux, ndlr) et faire une étude comparée avec ce que les gens ont récolté. Ils vont faire les différents croisements et puis voir ce qu'il faut retenir pour arriver vers les résolutions, et penser à l'application sur le terrain. C’est dans cette phase que nous sommes », a-t-il dit.

Synthèses des résolutions des parents d'élèves et étudiants

Les parents d'élèves et étudiants de Côte d'Ivoire réunis au sein de l'Opeeci, en collaboration avec des experts et plusieurs partenaires ont réfléchi à l'avenir de l'école ivoirienne. C'était en marge des états généraux de l'éducation nationale, lors d'un colloque national organisé à Abidjan-Cocody les mardi 12 et mercredi 13 octobre 2021.

Guidés par Claude Aka Kadio, ces parents d'élèves et étudiants ont proposé au niveau de l’enseignement et de la pédagogie de « stabiliser les approches pédagogiques, et de recruter des instituteurs ayant le niveau baccalauréat ». Ils ont plaidé pour que les psychologues soient associés dans le recrutement et la formation des enseignants dans les Cafop.

Ces parents d'élèves et étudiants ont mis sur la table l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants, et la mise à disposition du premier mandatement de l’enseignant trois (03) mois après sa prise de fonction.

Construction des établissements scolaires publics

L’Opeeci a souhaité que la construction des établissements scolaires publics soit accompagnée par « la construction des logements décents pour les enseignants (en zone rurale) ». Elle a recommandé d’octroyer aux enseignants « une prime de logement conséquente dans les villes, de faire revenir les primes de postes déshérités, et d’uniformiser les manuels scolaires par niveau ».

Les parents d’élèves et étudiants ont demandé d’utiliser sur une période raisonnable les différents manuels scolaires. Au niveau de la construction des infrastructures, ils conseillé d’augmenter le nombre de classe et construire de nouveaux établissements publics en tenant compte de la densité de la population scolaire.

Pour ces parents, il faut désormais « respecter scrupuleusement la carte scolaire surtout en milieu rural, et impliquer les populations rurales à s’inscrire plus activement dans la dynamique de l’alphabétisation ». Ils ont estimé qu’il faut « faire un suivi de l’effectivité du rôle des collectivités territoriales dans la construction des établissements scolaires publics ».

Associations des parents d’élèves

Sur la question des associations des parents d’élèves, les conclusions des réflexions du colloque national de l’Opeeci invitent à « replacer la famille au centre des préoccupations de l’école à travers des actions concrètes telles que des émissions télé, radio, plateformes de rencontres, écoles de parents ».

Les participants ont sollicité un encouragement « des initiatives d’associations de parents d’élèves telles que l’Opeeci, en mettant à leurs dispositions des subventions pour aider à sensibiliser les parents à jouer efficacement leur rôle ». Selon eux, il faut « fédérer les associations de parents d’élèves pour une plus grande efficacité, et former les parents sur leurs responsabilités vis-à-vis de l’éducation de leurs enfants ».

Un autre point soulevé concerne l’encadrement, le suivi psychologique et psychopédagogique. Les conclusions du colloque préconisent d’instituer un concours direct des conseillers d’orientation pour ouvrir l’accès à une plus grande catégorie de personnes.

Recrutement et intégration des psychologues

Elles ajoutent qu’il faut « affecter les inspecteurs d’orientation prioritairement au service du ministère de l’Éducation nationale de préférence aux autres organismes, afin de répondre aux besoins des élèves pour lesquels ils sont formés ». L’Opeeci veut également un recrutement et une intégration des psychologues à tous les niveaux du système éducatif pour favoriser le bien-être des élèves et autres acteurs du monde éducatif, face aux difficultés rencontrées.

Elle a soumis l’idée de « créer des centres d’écoute psychologiques dans chaque Drena (Direction régionale de l’éducation nationale), et de mener régulièrement, avec les experts du domaine, des campagnes de sensibilisation sur les grossesses, la drogue, le harcèlement et les violences en milieu scolaire.

« Enseignants de Côte d'Ivoire, ayez confiance en vous. Soyez résilients car l'honneur de servir votre patrie vous rendra toujours forts »

Toujours en marge des travaux des états généraux de l’éducation nationale, Claude Aka Kadio a envoyé un message fort à tous les enseignants de Côte d'Ivoire, le dimanche 16 janvier 2022. « Ayez confiance en vous. Soyez résilients car l'honneur de servir votre patrie vous rendra toujours forts. Proscrivez de votre esprit et vie toute tentation de découragement », a martelé le président des parents d'élèves et étudiants de Côte d'Ivoire.

Il a également ajouté : « Armez-vous d'abnégation et assumez le choix d'être enseignant et un vrai enseignant digne et méritant. Évitez de croire que vous êtes ignorés, c'est un leurre. Évitez d'adhérer à la thèse que l'enseignement est un métier ingrat ».

« Dès le premier jour de votre engagement, pensez déjà à la cessation du service c'est à dire vous assurer une bonne  retraite »

Claude Aka Kadio a expliqué que l'enseignant appliqué et travailleur bénéficie d'une manière ou d'une autre de ce noble métier. « Il vous revient de donner ses notes de noblesse à ce métier passionnant et exaltant. Faites tout pour ne pas atteindre la retraite dans le dénuement. Dès  le premier jour de votre engagement, pensez déjà à la cessation du service c'est à dire vous assurer une bonne  retraite », a vivement conseillé l'enseignant lui-même à la retraite.

Le président de l’Opeeci a fait comprendre que beaucoup d'enseignants l'ont démontré brillamment. « Cherchez à  gravir les échelons  et soyez opportunistes en croyant en vous. J'ose espérer qu'on se comprend », a-t-il souhaité.

Claude Aka Kadio a insisté sur le fait que les enseignants doivent être « de tous les combats de la société ivoirienne », parce qu'ils sont des personnes ressources sûres pour le développement de la Côte d'Ivoire « dans tous les compartiments  de la société ».

Manifestation d’élèves à Kouibly pour manque d'enseignants

Joint par téléphone le vendredi 21 janvier 2022, Taho Jean Amédé, secrétaire général de la Fédération des élèves et étudiants du département de Kouibly, a fait des révélations sur une situation complexe qui dure depuis 4 mois.

Taho Jean Amédé, par ailleurs président de l'Ong Save Education group qui a déjà posé plusieurs actions au lycée moderne Bad de Kouibly, a relayé une manifestation des élèves du lycée. « Depuis le 13 septembre 2021, il y a un manque d'enseignants au niveau du lycée moderne Bad de Kouibly. Le manque d'enseignant est situé au niveau des matières spécifiques, anglais, français et mathématiques », a-t-il dénoncé.

« Le lycée même n'a pas de professeur de physique chimie »

Le secrétaire général de la Fédération des élèves et étudiants du département de Kouibly va plus loin. « Les élèves de terminale n'ont pas d'enseignants de physique-chimie depuis le 13 septembre 2021. Ça fait déjà 4 mois qu'ils n'ont pas encore fait de cours de physique-chimie. Le lycée même n'a pas de professeur de physique chimie », s’est-il indigné.

Taho Jean Amédé est revenu sur les raisons de ces dénonciations sur les réseaux sociaux. « J’étais là-bas récemment (à Kouibly, ndlr) et j'ai fait une campagne de sensibilisation en ce qui concerne les congés anticipés. Et là encore, ils (des gens du lycée, ndlr) ont relayé. On dit d'accord, on va essayer de lancer un Sos. On a parlé. Personne n'a réagi. C'est comme ça qu'on a commencé à faire des posts (sur Facebook, ndlr), et puis on a commencé à diffuser pour parler de cela », a-t-il raconté.

Ras-le-bol des élèves

Des manifestations d'élèves pour manque d'enseignants ont récemment été signalées à Kouibly, une ville située à l'ouest de la Côte d'Ivoire. De nombreux élèves sont sortis dans la rue pour exprimer leur colère.

Ces élèves ont fait une marche pacifique vers la préfecture pour exprimer leurs mécontentements au préfet de Kouibly. « Des élèves de 6eme, 5eme, 4ème, 3ème n'ont pas de professeur. Pendant ce temps certains établissements ont tous leurs professeurs aux complets. Les sujets seront les mêmes lors des examens (à grand tirage, ndlr) mais d'autres ne bénéficient pas de professeurs », s'est offusqué Taho Jean Amédé. Il a interpellé sur ce point le préfet de Kouibly.

Mariatou Koné interpellée

Le secrétaire général de la Fédération des élèves et étudiants du département de Kouibly a confié que suite à l’affectation des professeurs sortants de l'Ecole normale supérieure (Ens), les professeurs disponibles pour 33 classes pédagogiques sont 02 professeurs de mathématiques dont 01 sortant de l’Ens.

Il a énuméré entre autres, « Svt, 05 dont 2 bivalents, Histoire géographie, 06 + 01 bivalent (sortant Ens), Français, 07, Anglais, 05, Espagnol, 01, Allemand, 01, Art plastique, 01, Education musicale, 01,  Eps, 03. Pas de professeur de Physique chimie en Tle D, pas de professeur de mathématiques pour la plupart des classes du premier cycle ».

La ministre Mariatou Koné, elle, devra prendre en compte cette situation qui n’est pas un cas isolé dans les résolutions prochaines des états généraux de l’éducation nationale.

Attention congés anticipés !

Une autre question cruciale dont il faut tenir compte dans ces états généraux de l’éducation est celle des congés anticipés qui perturbent l’école ivoirienne depuis des décennies.

Pour le Psychologue Nour Bakayoko qui s’est récemment confié à Linfodrome, « il faut revoir le contenu du message adressé aux élèves ».

Il a recommandé de mieux adapter les cours dispensés aux élèves et d’améliorer spécialement le cours d’éducation civique et morale, tout en formant des enseignants bien qualifiés pour le faire.

Soumettre son avis sur ces états généraux

 

Sur la base d'un calendrier établi, les concertations sont organisées dans les 31 chefs-lieux de régions. Cette étape est suivie de rencontres au niveau des chefs-lieux des 14 districts qui s’appuieront sur les rapports des concertations régionales, pour engager le dialogue en vue de consolider les résultats des travaux en région et élaborer un livre blanc.

Il est possible de soumettre son avis sur ces états généraux de l'éducation en participant aux enquêtes. Pour cela, il faut remplir des formulaires et envoyez ses réponses. « Nous collectons vos réponses sous forme de données anonymes que nous utiliserons pour analyser et comprendre des problèmes », a expliqué le ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation sur sa plateforme numérique.

Faut-il le noter, pour l'heure aucun rapport des ateliers et contributions n'est disponible sur ce site en ligne.

Sur cet espace numérique, les Ivoiriens ont l'opportunité d'intervenir sur différentes thématiques, dont les perspectives de la digitalisation du système éducatif, et les mécanismes de financement. Il y a aussi la gestion de l’école, la gouvernance du système éducatif, et l'apprentissage tout au long de la vie.

Chaque ivoirien ayant une contribution peut intervenir sur la planification des situations d’urgence et de crise (guerre, inondation, Covid-19, attaque, famine), ainsi que sur le passage automatique en classe supérieure.

Autres thématiques

Il y a d'autres sujets tels que l'efficacité externe et interne, la pertinence du système éducatif, l'environnement scolaire et le climat organisationnel des structures. A cela s'ajoute l'encadrement pédagogique, les intrants pédagogiques, les engagements sous régionaux, régionaux et internationaux.

Puis intervient le point des documents stratégiques pour la mise en œuvre des grandes orientations en matière d’éducation / formation.

Financement de l’éducation

Le financement de l’éducation, l'alphabétisation des adultes (hommes, femmes), les enjeux de la digitalisation du système éducatif, l'affectation des élèves en 6ème et en 2nd, et l'offre de scolarisation font partie des sujets où il est possible d'apporter une contribution.

De même il y a des thématiques sur la scolarisation de la jeune fille, le soutien à la scolarisation, le curriculum et les finalités de l’éducation, les infrastructures, les ressources humaines, les équipements et fournitures, ainsi que les ratios.

 

Substance d'un appel à contribution

La ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation insiste sur le fait que l’objet de ces états généraux est de capitaliser les nombreux acquis et améliorer la qualité du système éducatif. « (Cet objectif, ndlr) est pour nous, d’une urgence impérieuse au regard des performances peu satisfaisantes, mise en évidence par le rapport Pasec 2019 », a-t-elle attiré l’attention dans son mot disponible sur la plateforme numérique dédiée aux états généraux de l’éducation.

Pr. Mariatou Koné a fait des éclaircissements sur sa vision. « Dans notre vision de redynamisation, nous initions les états généraux de l’éducation nationale et de l'alphabétisation, afin de réaliser conjointement avec les différents acteurs de l’éducation, une consultation générale. Ainsi voulons-nous à travers cette initiative et la présente plateforme, recueillir les riches contributions du grand public pour la réussite de ce nouveau pacte social autour de nos valeurs citoyennes », a-t-elle dévoilé la substance de son appel.

« La consolidation des rapports démarre le 15 février 2022 »

La consolidation des rapports démarre le 15 février 2022 selon le programme des états généraux de l'éducation nationale disponible sur le site officielle dédié.

Le service communication du ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation a récemment fait un point des états généraux de l’éducation nationale en cours, dans une note rendue publique.

Il a évoqué « un toilettage conséquent de la politique éducative et du cadre légal, de l’inclusion, de la qualité des enseignements et des apprentissages, de la pertinence et l’efficacité interne et externe, de la société apprenante, de la gouvernance et le dialogue social et de la digitalisation du système éducatif ».

Remise des résultats des travaux à Alassane Ouattara

La reprise des travaux il y a quelques jours, mardi dernier, a débuté avec la commission en charge de la problématique de la digitalisation du système éducatif : enjeux et perspectives. « Présidés par l’actuel Directeur Général de la Poste, Isaac Gnangbo-Yao, les participants ont examiné au cours de cette rencontre, les documents de référence qui devront servir de base de travail, de même que le mode opératoire et le canevas de rapportage », a appris Linfodrome.

Au total, l’étape finale sera la remise officielle des résultats de ces états généraux de l’éducation au président de la République Alassane Ouattara. Ces états généraux se veulent « inclusifs, afin de faire un large ratissage des préoccupations des populations et les adresser avec des solutions objectives et innovantes dans le sens de la revalorisation de l’offre éducative en Côte d’Ivoire ».

Eddy BIBI

Vidéo